Marie-Agnès Gillot

Un texte de Marie-Agnès Gillot, lu par Augustin Trapenard, le 30 avril à Lettres d’intérieur sur France-Inter

La danseuse-étoile nous offert ce beau texte où elle nous parle de son corps aujourd’hui confiné. Nous avons croisé plusieurs fois Marie-Agnès Gillot depuis sa retraite de l’Opéra de Paris, (voir Le Théâtre du blog). Elle devait les 13 et 14 mars, dates fatidiques, danser trois chorégraphies de Roland Petit, Brigitte Lefebvre et Carolyn Carlson à la Seine Musicale…

Jean Couturier

Houlgate, le 29 avril,

Mon Doux, mon tendu, mon athlète, mon esthète et mon être. Mon cher corps, je tenais à t’expliquer le pourquoi de mon délaissement récent. Je suis confinée à l’extérieur de toi car je dois achever des tâches qui ne sont pas de mon ressort. Des tâches quotidiennes et indispensables. Mon bar est devenu ma barre, mon radiateur, mon tuteur. J’utilise plus le fouet électrique que je ne fais de fouettés. Pour la première fois ,tu n’es pas ma priorité. Tu n’es plus mon art. Il n’y a plus d’art. Il y a la vie.

Photo Virginie Le Duault

Photo Virginie Le Duault

Sache que je ne t’ai jamais pour autant oublié, ni même vraiment délaissé. Je t’ai juste mis en suspens. La suspension, c’était notre atout de couple à toi et à moi, mais là, c’est la tension qui a pris le dessus. Je m’excuse auprès de toi. Puis je m’assouplis de nouveau sous tes ordres, sous tes éclairs pour un ou deux moments d’abandon. Furtifs.

Je ne suis pas surentraînée comme ces guerriers de l’espace confiné qui connaissent vraiment l’empoisonnement moral et physique de l’enfermement au long terme. Je suis provisoire. Nous nous reverrons un jour ou l’autre et nous retournerons à nos routines indispensables. J’aimerais te bander, te surprendre, te tournoyer, t’envoler mais aujourd’hui, je ne t’envie pas, je ne te ressens plus. Mon âme peut-elle aller vers une physicalité morale? Depuis quand la pensée de ce que l’on veut, toi et moi, est-elle devenue incontrôlable? Qu’en est-il de notre alchimie ?

Vais-je perdre ou retrouver ma flemme? Est-ce perdre ou retrouver la flamme? Ou l’inverse ? Je le pense sûrement. J’ai toujours cette peur d’être feignante ce qui, pour moi, équivaut à l’ennui. Cela vient de ressortir, sans revenir. Fulgurance effrayante d’une nature humaine bien enfouie.

Ma perception du temps a beaucoup poussé comme notre fleur de vie. Ma conscience et ta présence se passent toujours en temps et bientôt un nouveau temps présent se présentera à nous. Ma chair et tes grands airs ne feront bientôt plus qu‘un. Nos mouvements et notre temps ne feront bientôt plus qu’un. Nous irons au combat ensemble. Nous tomberons et nous nous relèverons. Et 5, 6, 7 et 8… Porté, plié, arabesque, fouetté… Et 7, et 8… Pas de bourrée, chassé, jeté, pirouette…

Mes pointes, mon vieux tee-shirt, le miroir où me projeter de nouveau. Ce miroir parfois cruel, aujourd’hui absent, sans lequel mon ombre est mon seul reflet, ma seule réalité perçue. Ce sera long et fulgurant. En ce temps présent, j’adopte la douleur physique pour m’accepter et te dépasser, même si ce n’est qu’en rêve. Ma science contient mon cœur.

Mon Doux, mon tendu, mon athlète, mon esthète et mon être. Mon cher corps. Je t’aime toujours. Attends-moi. Je reviens.

Marie-Agnès Gillot

https://www.franceinter.fr/emissions/lettres-d-interieur/lettres-d-interieur-30-avril-2020

 


Pas encore de commentaires to “Marie-Agnès Gillot”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...