Brigades d’art furtif. Suppléments d’âme, dans les parcs et les rues de Genève

 Brigades d’art furtif.Suppléments d’âme, dans les parcs et les rues de Genève

Au Jardin Botanique

Photo X

Photo X

La compagnie de Latifa Djerbi a répondu à un appel d’offres pour l’opération Genève en été avec pendant cinq jours, des spectacles dans les parcs et les rues de la capitale. Dix projets ont été ainsi sélectionnés sur cinq cent. Un enjeu important pour cette jeune créatrice suisse d’origine tunisienne… Elle a rassemblé dix comédien(e)s-musicien(e)s dont deux Chiliens, une Colombienne, et bien entendu  des Suisses: un beau mélange…. Poline, Martina, Lorianne, Stéphanie, Latifa, Yanoé, Elliot, Hipolito et Simon deux fois par jour en fin de matinée et d’après-midi, investissent les rues et parcs de Genève. On peut avoir une chance de les croiser en ayant été avant consulter leur site. Des interventions  d’environ une heure: et cela se passe en fin de matinée ou d’après midi jusqu’au 30 juillet. « Cela pourrait prendre le nom d’art furtif. Ce n’est pas le public qui se rassemble autour des artistes, c’est l’Art. Qui vient à la rencontre des gens.Le quotidien, nous dit Edgar Morin, c’est la prose, les tâches ménagères, etc. Mais l’homme a besoin de s’extraire du quotidien et d’entrer dans un monde plus poétique : regarder l’eau du fleuve qui s’écoule ou un coucher de soleil, écouter le vent qui agite les feuilles des arbres, un oiseau qui chante. »

Photo X

Photo X

Cette brigade d’intervention poétique va répandre dans la rue de multiples poèmes, chants, danses, etc… Ils jouent un extrait de Roméo et Juliette en espagnol dans un jardin intérieur sous un grand cèdre, puis interprètent en musique Il neige sur Bogota au pied d’une pagode rouge. Chacun décline son identité et ses origines. Puis ils jouent et chantent ensemble Belle nuit d’amour, une chanson tirée des Contes d’Hoffmann de Jules Barbier et Jacques Offenbach (1881) devant une terrasse de restaurant et ils récitent des poèmes aux  gens qui y dînent.

L’après midi cela se passe au Parc des Franchises.  Après des exercices, les acteurs chantent La Tendresse interprétée autrefois en 63 par Bourvil puis reprise l’année suivante par Marie Laforêt. Dans la pataugeoire où des enfants se baignent, ils vont se tremper puis dansent en chantant à nouveau. Grosse émotion d’un handicapé à la suite d’un accident de la route.

Au Parc Vasindorf, les acteurs se rassemblent autour d’un filet, près d’une petite fille et d’un petit garçon et  déclament perchés dans les arbres: Je voudrais pas crever de Boris Vian, puis chantent La Valse à mille temps de Jacques Brel: « «Une valse à trois temps Qui s’offre encore le temps, (…), De s’offrir des détours du côté de l’amour, [...],Une valse à quatre temps, C’est beaucoup moins dansant, (…), Mais tout aussi charmant, Qu’une valse à trois temps Une valse à vingt ans, Une valse à cent temps, (…), Une valse ça s’entend, À chaque carrefour, Dans Paris que l’amour, Rafraîchit au printemps Une valse à mille temps, (…), Une valse a mis l’temps… »

On verse de l’eau magique dans les mains d’une spectatrice, puis chacun décline sa généalogie et un poème sur le terrain de sports. Un gros Sri-lankais danse avec les acteurs à côté des agrès. Encore une petite valse sur la pelouse, avant le retour à MottattoM/Jardin divers/Fabrique d’Art. Cette ancienne usine du 20 avenue Giuseppe Motta a été réhabilitée par des artistes, artisans et acteurs culturels; autogérée, elle est vite devenue un centre important de création et médiation artistique..

Au Parc Beaulieu

La compagnie des Grooms se costume à Mottatom, puis se rend près d’une piscine où ne peuvent se baigner que les moins de sept ans. Ils annoncent qu’ils sont mandatés par la ville de Genève pour le bien-être de la population. Ils jouent et chantent Je voudrais pas crever de Boris Vian en français et en espagnol, puis un chant collectif accompagné par un spectateur. Elliot, membre de la brigade,  grimpe sur une grande coccinelle. Chacun se présente, venu de Tunisie, du Chili, de Suisse et de Colombie…

Edith Rappoport

Spectacles vu du 26 au 30  juillet, à Genève.

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...