Rencontre des Jonglages 2020: Bel Horizon par le collectif G. Bistaki

IMG_4809

© Mireille Davidovici

Rencontre des Jonglages 2020

Il y a toujours du nouveau côté jonglages. Avec des approches diverses et surprenantes et bien loin des petites balles ou massues qu’on lance en l’air. Cette discipline mobilise aujourd’hui artistes, musiciens, metteurs en scène, chorégraphes… pour donner toute sa magie aux objets volants. Et ce festival, organisé par la Maison des jonglages, est riche en propositions artistiques. Repoussé à  cet automne, cette treizième édition itinérante offre de belles surprises.

 Bel Horizon par le collectif G. Bistaki

 Arrivent du lointain, des cavaliers sans monture, portant vases et épées, en large jupe-culotte noire d’aïkido et chapeau de cow-boy. Ils soulèvent la poussière de l’esplanade, tels des héros de westerns-spaghetti. Huit auteurs-interprètes hommes et femmes confondus, accompagnés d’un chœur de danseuses et danseurs, nous entraînent dans une déambulation en cinq stations.

 Première partie :  deux artistes, habiles et clownesques, jonglent avec des vases de toute forme et de toute taille. Objets que l’on retrouvera au long du parcours, intacts ou cassés dans les clairières, ou accessoires insolites de tours de passe-passe…  Les fleurets seront aussi convoqués pour la jonglerie, la parade, ou des escarmouches…

 Deuxième station : les artistes entrent dans la danse. tels des derviches tourneurs… Ils installent les vases autour de la piste, un cérémonial hypnotique sur des valses viennoises…Au troisième set, ils jouent des percussions avec les vases mais s’amusent aussi à en coiffer un, géant et japonais, ou à installer des tessons de céramiques multicolores sur le bitume… Gros plan sur une image japonisante avec des fleurs de cerisier et un  éventail, tandis que la troupe continue à danser…

Après un intermède plus sauvage où, coiffés de peau de bêtes, les danseurs s’affrontent en duel au fleuret, sur la musique d’un petit orchestre déjanté vient une longue scène,  où la troupe se déploie en une vaste fresque en noir et blanc, tourbillonne en silence sous le jour qui tombe… Une bande de mousquetaires de western convoquant arts martiaux asiatiques et rituels orientaux…  Un final poétique à cette aventure dont on retiendra l’invention, la drôlerie et la beauté. Il faudra suivre le collectif G. Bistaki « cirque chorégraphique d’investigation » dans ses prochaines créations. Malheureusement, de la grande tournée programmée, restent seulement quelques dates

 Mireille Davidovici

 Spectacle vu le 13 septembre,  Pelouse de Reuilly,  Paris (XII ème).

Rencontre des jonglages du 11 septembre au 22 novembre hors-les-murs. Et du 30 septembre au 10 octobre, place du Cirque et Centre Culturel Houdremont, 11 avenue du Général Leclerc, La Courneuve (Seine-Saint-Denis).  T. : 01 49 92 60 54

 Le 3 octobre, Lieu Public, Marseille .
les  6 et 7 mai L’Usine, Toulouse-Métropole .
Le 19 juin Festival InCIRCus /La Verrerie (Pôle National Cirque Occitanie) à Alès.
Du 2 au 4 juillet, Festival Cratère Surfaces du Cratère-Scène Nationale d’Alès avec La Verrerie (Pôle National Cirque Occitanie).

 


Autres articles

Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...