Petite Balade aux Enfers, spectacle lyrique avec marionnettes d’après Orphée et Eurydice de Gluck. Mise en scène Valérie Lesort, direction musicale Marine Thoreau La Salle

 DR Stefan Brion

© Stefan Brion

 

Petite Balade aux Enfers, spectacle jeune public avec marionnettes d’après Orphée et Eurydice de Gluck, mise en scène de Valérie Lest, direction musicale de Marien Thoreau

On regarde la salle de l’Opéra-Comique, écrin et bijou à la fois. Et le castelet, reproduit en abyme le cadre de scène doré, avec draperies, guirlandes de fleurs, nymphes ailées d’allure plutôt sportive remplacées ici par des «putti» goguenards à l’échelle des marionnettes. Jupiter ou Zeus -foin de l’érudition mythologique- abondamment barbu, bu qui s’avance, bu qui s’avance (voir La Belle Hélène, création de ce même Opéra-Comique, diffusée pendant le confinement) vient nous expliquer de quoi il retourne. Porté par des marionnettes insolentes, le drame peut commencer…

On verra donc Orphée (excellente Marie Lenormand) perdu dans ses lamentations après avoir perdu son Eurydice, Amour, (piquante Marie-Victoire Collin) lui apporter en consolation le fameux pacte : tu pourras aller rechercher ta belle aux enfers, à condition de ne pas la regarder jusqu’à votre retour sur la terre ferme et bien vivante. Orphée charme les animaux, une bande de gentils monstres entre doudous et dessins animés, récupère une Eurydice pleine de doutes (Judith Fa), la reperd et la re-retrouve. 

Un spectacle souvent drôle, parfois jusqu’à ne pas craindre de faire trop lourd mais on pardonne… Les marionnettes de Sami Adjali, Carole Allemand et Valérie Lesort manipulées par Sami Adjali, Christian Hecq et Florimond Pontier,  et animées par les visages et les voix des chanteuses, ont tant de grâce et de vitalité!  Tant pis pour une mythologie oubliée, et tant mieux si le spectacle fait entendre, transposée au piano et avec la Maîtrise de l’Opéra-Comique, un peu de l’œuvre de Gluck. Alors, toute dérision disparue, on se laisse gagner par la beauté de voix célestes venues des loges d’avant-scène et de la corbeille. On regrette de n’avoir plus huit ans : on adorerait découvrir l’opéra avec ce mélange de super-guignol et de musique pure…

Christine Friedel

Opéra Comique, place Boieldieu Paris (II ème). T. : 01 70 23 01 31. Le 17 septembre à 14 h et à 19 h, le 18 à 20 h, le 20 à 10 h et 15 h.

Prochain spectacle:  Le Bourgeois gentilhomme de Molière et Lully.

À voir sur le site de l’Opéra-Comique : LOpéra-Comique depuis chez vous, diffusion par internet en cours de production récente dont l’Inondation, Ercole Amante et un délicieux Fortunio.

 

 

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...