Alice de l’autre côté du miroir, mise en scène de Marie-Do Fréval

Alice de l’autre côté du miroir,  mise en scène de Marie-Do Fréval

© X

© X

Cette artiste volontiers provocante au meilleur sens du terme n’a pas baissé les bras pendant le confinement et fait des animations sans relâche avec sa compagnie Bouche à Bouche dans le quartier de la porte de Vanves à Paris depuis des années. »C’est le temps de l’urgence et de notre survie dit-elle, et si l’on ne fait pas le Bouche à Bouche maintenant, demain il sera trop tard. Cette idée que « demain il sera trop tard » existe dans toutes mes écritures. C’est l’urgence, le geste du pompier. C’est un SOS, le SOS donné à la ville et à la société contre l’endormissement. » Avec deux assistants, elle a pris contact avec plusieurs dizaines de personnes qui ont lui raconté leur enfermement. Sur scène, un orchestre de dix musiciens avec des vieux et des handicapés. «Passer de l’autre côté du miroir, les gens sont très malheureux, ils ont des choses qu’on a plaisir à regarder. »

«Magdalena se tirait les cartes tous les jours. Trois vieilles bien en chair discutent au pied de l’immeuble : «Si vous laissez fuir les robinets, tout le monde va être inondé ! » On lui répond: « Je passe tout mon temps sous la douche ». « Il faut écrire une lettre et l’envoyer par mail. Je dois alerter les autorités compétentes. »
Un locataire raconte sa visite d’un appartement. Le public se retourne vers une façade d’immeuble. « Ma petite grenouille, je vais essayer de la retrouver près du bassin. » Un homme en chaise roulante lit son texte : «Si je ne parle pas, je dors. Mon cher voisin, vous êtes un idéal, une force de la nature. J’ai entendu votre chant ! » (…) « Crapaud, je t’attends, je te rêve ». «Il était en fait un prince charmant à qui une sorcière avait jeté un sort. Comment s’est-il transformé en crapaud ? ».

Ce spectacle, qui a été répété par téléphone pendant le confinement, réunit trente personnes de milieu populaire qui dégagent ici une force vitale inédite. Et l’émotion nous a vite submergé. La compagnie Bouche à bouche de Marie-Jo Fréval a publié un livre étonnant de 172 pages qui rassemble cent témoignages des protagonistes de cette aventure, avec des textes remarquables et de belles photos.

Edith Rappoport

Spectacle vu le 14 septembre, devant le local de la compagnie Bouche à Bouche 2/4 rue du Général Humbert, Paris (XIV ème)

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...