La Guinguette contre-attaque

 

Affiche_CDN_guinguetteLe Centre Dramatique de Besançon ouvre sa saison avec une manifestation de rue: quelque vingt-six spectacles créés par treize compagnies régionales. Ce sont des commandes passées à quatre autrices de la région et il y aussi des manifestations d’art plastique… Et devant une salle bourrée, la soirée s’ouvre d’abord sur une Carte blanche à Anne Pauly, avec Juliette Mouteau qui interprète des extraits de son roman Avant que j’oublie.  Après la mort d’un père alcoolique, sa fille va devoir s’occuper de sa maison délabrée, une caverne d’Ali-Baba qui devient un réseau de signes et de souvenirs pour  elle qui décide de trier ses affaires.« Je ne veux pas savoir, je veux profiter. »  (…) « Dans le fond, je ne regrette rien, je préfère enfourcher la girafe. » (…) « Je ne veux pas savoir qui dans une entreprise a viré vingt personnes. » (…) Je ne veux pas savoir que les grandes entreprises savaient qu’elles allaient virer des gens sans les prévenir. » (…) « Je ne veux pas savoir quand l’envie d’aimer m’a quittée. » (…) « Désormais les fureurs du monde ne me parviennent que par bribes ». Ce solo, élaboré en quelque jours, répondait à une commande d’écriture.

La soirée se termine par un  zakouski du Théâtre de l’Unité.  Assis derrière une table, les sept comédiens se lavent les mains et Seb Dec annonce toutes les annulations dans la région : « Rencontres et Racines annulé, FIMU annulé, Eurockéennes de Belfort annulées, fête de la brocante annulée, fête de la pomme annulée, fête de la B D annulée ! « Tout est foutu, on vit peu mais on meurt longtemps ! »
Hervée de Lafond sautille sur une musique de Friederich Haendel, ce qu’elle faisait autour de sa maison chaque jour à Montbéliard pendant le confinement. Il y a aussi une séquence sur les déménagements: 17 pour Hervée!  20 pour Eric, quatre pour Seb Dec  et huit pour Catherine qui va ensuite chanter en polonais.

Puis on assiste à une scène de L’Avare de Molière jouée par Jacques Livchine  et Hervée de Lafond. Puis à des sketches sur les horaires d’ouverture des bars et à une scène sur Rosa Luxembourg… « Si ça continue, on ne dira plus Colombey-les-deux églises, mais Colombey-les-deux-mosquées… ». Mais aussi sur le trop fameux Code noir de Colbert, mais aussi sur le massacre des Communards, les décrochages des plaques de rue aux noms infâmes et la peste noire en 1.545… Et sur le professeur Raoult discutant avec des médecins sur le coronavirus. Et suivra une scène d’Eugène Ionesco. Et on écoute à la fin  Je voudrais pas crever de Boris Vian…

Edith Rappoport

Spectacle vu le 17 septembre au Centre Dramatique National de Besançon. Le festival La guinguette contre-attaque! Avec théâtre de rue, performances, théâtre, spectacles jeune public, concerts, kermesse, débats, restauration du 3 septembre au 4 octobre. Les jeudis et vendredis : de 18 h à 22 h. Les samedis et dimanches : de 15 h à 22 h sur le Parvis du C.D.N.

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...