Moi, Jean-Noël Moulin Président sans fin de Mohamed Rouabhi, mise en scène de Sylvie Orcier

Moi, Jean-Noël Moulin Président sans fin de Mohamed Rouabhi, mise en scène de Sylvie Orcier

 Un monologue insolite et poétique pour son complice Patrick Pineau. Avec  Moi, Jean-Noël Moulin Président sans fin l’auteur raconte l’histoire d’un homme qui, depuis une trentaine d’années, vit reclus dans les bois, seul avec son chien. Une nuit, il apprend à la radio que l’avion transportant le Président a percuté la montagne. Une aventure pour l’errant, un rêve et une occasion inouïe de dire son fait au monde. Ce personnage d’ermite (Patrick Pineau seul en scène) est perdu au milieu de nulle part, après cette catastrophe d’un futur proche. «Il est, dit-il, inspiré d’une personne réelle, un homme qui vit dans le Lot et qui creuse la terre pour sauver l’humanité de l’apocalypse.»

 ©j1525ludovic-lang.jpeg


©j1525ludovic-lang.jpeg

Ecrit avant la pandémie, le texte résonne fort avec ce qui se passe ici et là et qui met en question la planète en souffrance. Mohamed Rouabhi fait le récit poétique de l’histoire de cet homme isolé, en bout de course, et qui, au hasard d’un accident d’avion, endosse le costume d’un Président et se met à faire un discours au monde entier. Il va essayer, avant le dénouement final, d’être simplement lui-même et de faire entendre un discours raisonnable sur la société responsable de la vie sur terre. Quelqu’un prend la parole, quelqu’un devant lequel on passe en l’ignorant et qui nous appelle à un combat ultime : rendre la dignité à l’homme et au vivant. « Soit la révélation d’une partie cachée en chacun de nous, dit Sylvie Orcier, évoquant un personnage à la dérive qui s’est volontairement isolé, parce qu’il ne pouvait plus à suivre le mouvement ». Et qui arrive, sans qu’il s’y attende, à une forme de révélation, à la fin de son existence : « Il pousse finalement un grand coup de gueule, veut se réveiller et cela peut tous nous concerner: oser parler face à un monde qui nous dépasse et que nous avons pourtant créé. Ce qu’il dit, peut raviver des valeurs que nous n’avons pas totalement oubliées et que la crise actuelle fait ressurgir. »

 La force de pouvoir exprimer son désaccord grâce au théâtre… Patrick Pineau, dans le rôle d’un laissé pour compte, d’un S.D.F. qui s’est presque choisi sa condition, est ce fameux et inconnu Jean-Noël Moulin. Il semble ne plus rien attendre de la communauté des hommes et se raccroche au dernier moment à la branche que le destin lui a tendue. Marchant avec son chien dans des paysages boisés qui semblent lui appartenir, il ne parle qu’au seul ami fidèle qui lui reste: son chien, un compagnon qu’il traite avec une grande amitié et qui serait apte à ne pas mal agir, beaucoup moins en tout cas que tous les maîtres…

 Jean-Noël sort de sa torpeur quand il apprend la catastrophe aérienne: une  illumination pour lui qui ne parlait qu’à son chien, buvait sa bonne dose d’alcool tous les jours, vautré sur un matelas modeste et attiré par le spectacle de la nuit étoilée. Il décide alors d’agir et se rend sur le site de l’avion abîmé: ce qu’il ne dit pas et que le public ne voit pas mais devine, quand il le voit revenir de sa balade,avec une belle valise récupérée…  sur l’écran vidéo puis sur la scène. Téléphone mobile à la main, il répond, à qui l’interroge, qu’il est le Président et il s’apprête d’ailleurs à faire un discours, une fois le prestigieux costume endossé.

Une belle mise en demeure et une incitation à nous remettre en question et à prendre les mesures indispensables pour l’environnement et l’écologie: la société et l’économie doivent assumer un même projet collectif de réconciliation pour notre survie. Un coup de semonce politique que le public attentif et souriant reçoit cinq sur cinq…

 Véronique Hotte

 Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, 9 boulevard Lénine, Bobigny, jusqu’au 3 octobre. T. : 01 40 33 79 13.

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...