(V)îvre création collective de Circa Tsuïca,

Circa Tsuica(V)îvre, création collective de Circa Tsuïca,

Alors que les théâtres rouvrent, le cirque, qui a beaucoup souffert des confinements successifs, va retrouver la piste. Nous avons assisté à la création de ce spectacle au festival d’Auch cette année (voir Le Théâtre du blog) qui sera repris prochainement à l’Espace-Cirque d’Antony qui fait partie du Théâtre Firmin Gémier, actuellement en recontruction. 

La fanfare-cirque du Cheptel Aleïkoum  est un collectif né en 2004 de la quinzième promotion du Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne et basé à Saint-Agil (Loir-et-Cher). D’autres artistes, musiciens, compositeurs, scénographes et graphistes l’ont rejoint mais chacun fait ses propres créations, tout en restant lié à la compagnie.

 Thème central de cette dernière pièce: comment vivre ensemble ? Le public devait être convié à partager ce questionnement mais les circonstances en ont décidé autrement… Pour chauffer la salle, les spectateurs, depuis les gradins,  sont invités à reprendre, en chœur, quelques gestes et notes de musique… «Le public est une partie constituante de notre écriture, car le partage avec l’autre est un désir qui nous réunit», disent les artistes et le chapiteau reste le moyen d’être dans la rue, tout en créant un espace chaleureux unique. »

 Douze circassiens/musiciens évoluent sur des vélos d’acrobatie, tout en jouant de leur instrument. Ils tournent en rond ou traversent la piste qui devient alors une rue où se croisent des personnages. Un SDF, un dragueur, quelques coquettes… passent à pied ou virevoltent à bicyclette. Des amoureux s’embrassent, des hommes se bagarrent, tout en faisant nombre d’acrobaties. Un meneur de jeu fait claquer son fouet pour remettre les artistes au pas… qui ont tôt fait de reprendre leur liberté, comme l’oiseau-chanteur qui les accompagne et qui se perche sur leurs têtes,  en sifflotant …

 Si le vélo reste l’outil principal de (V)ivre, il y a aussi quelques jolis numéros de corde et trapèze volant.  Franck Bodin, Guillaume Dutrieux, Olivier Pasquet, Lola Renard, Thomas Reudet, Charlotte Rigaut, Rémi Sciuto, Matthias Penaud, Maxime Mestre, Cécile Berthomier et Anja Eberhart nous communiquent leur joie de vivre dans une ivresse musicale bon enfant. 

Mireille Davidovici

Du 15 au 20 décembre, Théâtre Firmin Gémier, Espace-Cirque d’Antony (Hauts-de-Seine) accueil@tfg-ep.com


Archive pour 6 décembre, 2020

(V)îvre création collective de Circa Tsuïca,

Circa Tsuica(V)îvre, création collective de Circa Tsuïca,

Alors que les théâtres rouvrent, le cirque, qui a beaucoup souffert des confinements successifs, va retrouver la piste. Nous avons assisté à la création de ce spectacle au festival d’Auch cette année (voir Le Théâtre du blog) qui sera repris prochainement à l’Espace-Cirque d’Antony qui fait partie du Théâtre Firmin Gémier, actuellement en recontruction. 

La fanfare-cirque du Cheptel Aleïkoum  est un collectif né en 2004 de la quinzième promotion du Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne et basé à Saint-Agil (Loir-et-Cher). D’autres artistes, musiciens, compositeurs, scénographes et graphistes l’ont rejoint mais chacun fait ses propres créations, tout en restant lié à la compagnie.

 Thème central de cette dernière pièce: comment vivre ensemble ? Le public devait être convié à partager ce questionnement mais les circonstances en ont décidé autrement… Pour chauffer la salle, les spectateurs, depuis les gradins,  sont invités à reprendre, en chœur, quelques gestes et notes de musique… «Le public est une partie constituante de notre écriture, car le partage avec l’autre est un désir qui nous réunit», disent les artistes et le chapiteau reste le moyen d’être dans la rue, tout en créant un espace chaleureux unique. »

 Douze circassiens/musiciens évoluent sur des vélos d’acrobatie, tout en jouant de leur instrument. Ils tournent en rond ou traversent la piste qui devient alors une rue où se croisent des personnages. Un SDF, un dragueur, quelques coquettes… passent à pied ou virevoltent à bicyclette. Des amoureux s’embrassent, des hommes se bagarrent, tout en faisant nombre d’acrobaties. Un meneur de jeu fait claquer son fouet pour remettre les artistes au pas… qui ont tôt fait de reprendre leur liberté, comme l’oiseau-chanteur qui les accompagne et qui se perche sur leurs têtes,  en sifflotant …

 Si le vélo reste l’outil principal de (V)ivre, il y a aussi quelques jolis numéros de corde et trapèze volant.  Franck Bodin, Guillaume Dutrieux, Olivier Pasquet, Lola Renard, Thomas Reudet, Charlotte Rigaut, Rémi Sciuto, Matthias Penaud, Maxime Mestre, Cécile Berthomier et Anja Eberhart nous communiquent leur joie de vivre dans une ivresse musicale bon enfant. 

Mireille Davidovici

Du 15 au 20 décembre, Théâtre Firmin Gémier, Espace-Cirque d’Antony (Hauts-de-Seine) accueil@tfg-ep.com

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...