Encore et toujours de petits cadeaux de Noël…

Encore et toujours de petits cadeaux de Noël…



ce jeudi 17 décembre à 19h

La Diva sans voix spectacle musical, mise en scène d’Olivier Pauls

Une création 2020… avec toute l’émotion de l’opéra mais sans diva ni grand orchestre… Confrontés à la réalité d’effectifs réduits dans certains opéras du XVIII ème siècle, trois musiciens se retrouvent  sur la touche… 85d837e9437642b6822c7f4d75627b4e.base_.image_

L’Opéra fait donc appel à un «uber-présentateur », polyvalent et pour un coût modique, qui a été recruté à Pôle Emploi. Pour  animer un programme avec les plus beaux extraits d’opéras, sans orchestre et avec une cantatrice malheureusement aphone… avec Stéphane Coutable, basson, Benjamin Clasen, alto, François Torresani, violoncelle et Olivier Pauls, comédien.


A voir sur : http://www.centreculturelrenechar.fr


Centre culturel René Char, 45 avenue du 8 mai 1945, 04000 Digne les Bains culture@dignelesbains.fr. T.: 04 92 30 87 10


 
Intérieurs 2020, une commande de vidéos courtes à dix artistes

©x catalogue  de l'exposition Victor Brauner

©x catalogue de l’exposition Victor Brauner

Vu la crise sanitaire actuelle, le Musée d’Art Moderne de Paris reste fermé jusqu’à nouvel ordre. Mais reste les visites en ligne comme du grand peintre Victor Brauner.
Et le musée avec la Société des Amis et son Comité pour la création contemporaine ont mis en place une action de soutien pour de jeunes artistes sélectionnés par l’équipe de la conservation: Marie Angeletti, Laëtitia Badaut Haussmann, Gaëlle Choisne, Morgan Courtois, Arash Hanaei, Jean-Charles de Quillacq, Clément Rodzielski, Sara Sadik, Naoki Sutter-Shudo, et Stefan Tcherepnin. Chacun étant invité à  créer un format vidéo court, sans thème imposé. La Société des amis du Musée a fait don au musée de ces œuvres réunies sous le titre Intérieurs 2020 .

Depuis novembre, deux vidéos ont été publiées chaque dimanche sur le site internet du Musée mais il reste encore à voir le 20 décembre, celles de Naoki Sutter-Shudo et de Stefan Tcherepnin. En 2021, ces œuvres seront visibles dans les collections du Musée d’Art Moderne.

Philippe du Vignal


Archive pour 17 décembre, 2020

Livres et revues

 

Livres et revues

Ubu/ Scènes d’Europe n° 68-69: Crises, résistances, révoltes

Mise en page 1Tout un programme, en ces temps agités! En couverture de cette revue bilingue, une photo de Phia Ménard debout parmi les ruines de sa maison en carton dans Contes immoraux /Partie 1-Maison Mère (voir le Théâtre du blog)La révolte en France des Gilets jaunes, celle des Black Lives Matter au États-Unis, les manifestations en Algérie et, un peu partout, le mouvement Metoo, ont amené Chantal Boiron à s’interroger sur les échos de ces mouvements dans les théâtres aujourd’hui. «On assistait depuis des mois à des colères, à des mouvements contestataires partout dans le monde, de Hong-Kong, à Alger, de Beyrouth, à Paris, écrit la rédactrice en chef dans son éditorial. Nous voulions nous interroger sur la manière dont le théâtre s’empare de ces questions.» «Qu’est-ce qu’un homme révolté, écrit Albert Camus dans L’Homme révolté ? Un  homme qui dit non. Mais s’il refuse, il ne renonce pas, c’est aussi un homme qui dit oui.» Et c’est à ces  valeurs qu’adhèrent, dans le dossier central qui donne son titre au numéro, le dramaturge et metteur en scène britannique Alexander Zeldin et la journaliste Maïa Bouteillet avec Le Féminin comme lieu de l’insurrection.

Gérard Henry, écrivain français et correspondant de Courrier International à Hong-Kong, parle de l’espace scénique de ce territoire particulier. Avec le Hong-Kong Repertory Theatre fondé en 1977, qui présente des pièces classiques et contemporaines mais aussi la compagnie Zuni Icosahedron, plus expérimentale, qui a fait connaître Edward Lam, l’enfant terrible de l’île, avec des pièces où se conjuguent à la fois théâtre, danse et musique. Helen Lai, une chorégraphe chinoise exceptionnelle s’inspire, elle, de Franz Kafka, Italo Calvino, Gabriel Garcia-Marquez mais surtout d’écritures féminines. Son Her Story women of language, the language of women reprend des récits traditionnels de femmes du sud du Hunan.
A Hong-Kong, le théâtre s’ouvre aussi à la contestation: la jeune Ko Siu Lan présente des performances axées sur la liberté d’expression, explosant le langage pour le rendre subversif. Quant Tang Shu Wing, un des metteurs en scène les plus dynamiques, il va présenter ses créations en Angleterre et prépare un festival Shakespeare à Hong-Kong. Un historique de Chip Tsao complète ce tour d’horizon et permet de mieux comprendre les enjeux culturels et les révoltes dans l’ex-colonie britannique.

La Canadienne Astrid Tirel, au-delà de la polémique à propos de Kanata de Robert Lepage (voir Le Théâtre du blog), évoque le combat des artistes autochtones contre l’invisibilité de leur culture pourtant bien vivace… Odile Quirot revient, elle, sur Les Innocents, Moi et l’inconnue au bord de la route de Peter Handke, mise en scène d’Alain Françon. Et Jean-Pierre Thibaudat nous livre ses Chroniques… Ce numéro comprend aussi quelques pages de La Mer est ma nation, une pièce de la Libanaise Hala Moughanie, dont nous avons suivi le travail depuis qu’elle a obtenu le Prix R.F.I. 2015  (voir Le Théâtre du Blog). Ubu nous invite au voyage, alimente nos souvenirs et ouvre le débat. Chaque livraison est une mine: rien de mieux, quand on est privé de théâtre comme aujourd’hui…

Mireille Davidovici

Ubu 217 boulevard Pereire, 75017 Paris. T. : 09 87 15 71 79.  www.ubu-apite.org

© x

© x


Drumming
d’Anne Teresa De Keersmaeker

Un livre consacré à Drumming (1998), une chorégraphie d’AnneTeresa De Keersmaeker, fondée sur la composition éponyme de Steve Reich (1971), les costumes fluides et lumineux de Dries Van Noten et la scénographie rigoureuse de Jan Versweyveld.

Avec d’abord un commentaire de l’œuvre par Noé Soulier, Tessa Hall et Julia Rubies Subiros des anciens élèves de PARTS, l’école de danse de la chorégraphe. Suivi d’un texte de Gilles Amalvi et d’un entretien avec elle.

Il y aussi une série de photos pleine page en couleurs d’Anne Van Aerschot et Herman Sorgeloos. Le livre n’est pas épais mais  dépasse en hauteur (soit 33,5 cms) celle de notre dictionnaire Littré de 1878. La partie images satisfera les amateurs de danse et d’art plastique, d’autant plus que la maquette évite la joliesse et que le papier grenu a un aspect brut.

La chorégraphe se dit autodidacte mais… elle est passée par Mudra, l’école bruxelloise de Maurice Béjart  et reconnaît l’influence de Trisha Brown avec ses «phrases très longues qui se développent en spirales suivant le nombre d’or. » L’élève de Fernand Schirren fut sensible au rythme de la musique de Steve Reich, qu’elle qualifie « d’invitation à la danse ». Le compositeur donna son accord pour que sa partition soit réduite de trente minutes et qualifia d’«heureux compromis», le rapport musique-danse, en synchronie, comme en contrepoint. Drumming, la musique et la pièce, visant à «maximaliser le minimum. « 

Nicolas Villodre

 Editions Fonds Mercator, 128 p. 30,00 €.

 

 

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...