Du cirque à la Chartreuse-Centre hospitalier de Dijon

 

p_120425_RdL_0009

© Christophe Raynaud de Lage

Du cirque à la Chartreuse-Centre hospitalier de Dijon

Ce couvent du XIV ème siècle, lieu de pèlerinage et nécropole des Ducs de Bourgogne jusqu’à la Révolution française, fut vendu comme Bien National en 1791 et largement démoli… En 1833, le département de la Côte-d’Or y fit construire un hospice où il reste quelques vestiges architecturaux dont le remarquable Puits de Moïse ornant un cloître aujourd’hui disparu. Les tombeaux des ducs de Bourgogne comme les retables sculptés et peints ont été transférés vers 1850 au musée des Beaux-Arts de Dijon. Aujourd’hui, la Chartreuse est un grand centre spécialisé en psychiatrie, addictologie et santé mentale.

Au milieu de ce vaste domaine, le chapiteau en bois au toit rouge du Cirque Lili de Jérôme Thomas, construit en 2001 pour un spectacle du même nom, apporte une touche de fantaisie à ce lieu austère. Il abritera jusqu’en novembre, le projet Cirque à l’Hôpital avec une rencontre entre personnes atteintes de troubles psychiques soignants et  artistes de cirque. Il existe déjà au sein de l’établissement un espace culturel, l’Hostellerie. L’ auberge qui accueillait les pèlerins, est maintenant un lieu d’exposition où l’on peut voir des œuvres d’art singulier ou brut. Actuellement, comme en prologue, les tableaux colorés de Guy Chambret, un ancien patient de la Chartreuse, évoquent l’univers du cirque. Motifs très précis, tons vifs cernés de bleu de Prusse donnent un caractère nostalgique à un univers naïf et poétique.

«On fait de la transmission artistique en créant avec eux », dit Jérôme Thomas, directeur de cet Atelier de Recherche en Manipulation d’Objets, implanté depuis vingt ans à Dijon. Patients, soignants et artistes préparent collectivement un spectacle: «Il y aura ceux qui jouent, ceux qui assistent et ceux qui supervisent.» Chacun choisit une discipline: clown, jonglage, trapèze, assistance technique… Et certains en seront les auteurs, grâce à un atelier d’écriture animé par la metteuse en scène Aline Reviriaud. D’autres seront confrontés au mouvement avec le chorégraphe Frédéric Cellé. Et Jérôme Thomas les initiera au jonglage et à la manipulation d’objets.  Les ateliers ont débuté fin janvier et le spectacle final,  La Piste aux étoiles… filantes aura lieu les 16 et 17 juin sous le chapiteau.

IMG_5112

© Mireille Davidovici

Le Projet Faille

Parallèlement, le Cirque Lili accueille en résidence des jeunes compagnies, notamment le Trio Faille dont nous avons vu la répétition. Les artistes se sont rencontrés au Centre National des Arts du cirque à Châlons-en-Champagne ont monté ce projet. Léa Leprêtre, au trapèze ballant bas et le duo Johannes Holm Veje/MartinRichard au cadre coréen veulent explorer les écarts entre prouesse physique des corps et fragilité des artistes. «L’histoire que nous voulons raconter est celle de trois individus vivant dans un monde qui les dépasse et les oppresse. Ils se battent pour trouver un sens à leur existence: chercher la faille d’un système établi, c’est déconstruire.»

Avec un univers de paillettes aux numéros décalés, sur une musique classique au violoncelle, en alternance avec un mixage de sons électroniques, ce spectacle en forme de cabaret rétro est plein d’humour et d’énergie. A suivre… On pourra le voir le 8 avril au festival SPRING en Normandie  et au festival Prise de CIRQ à Dijon.

Mireille Davidovici

L’Hostellerie de la Chartreuse, 1 boulevard du Chanoine Kir, Dijon (Côte-d’Or). T. : 03 80 42 52 01.

ARMO/compagnie Jérôme Thomas T. : 03 80 30 39 16.

 

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...