Le Théâtre National de Strasbourg lui aussi occupé

 

Le Théâtre National de Strasbourg lui aussi occupé…

© Gulliver

© Gulliver

C’était dans l’air… Et depuis hier soir, Le T. N. S. est lui aussi occupé par les cinquante et un élèves de son Ecole -une des plus importantes de France  (jeu, mise en scène, scénographie-costumes, dramaturgie et régie).  Ils montrent qu’ils existent et, bien conscients de la situation, ils exigeront d’être entendus.* Ils ont en effet décidé qu’«à partir du mardi 9 mars à 17 h et jusqu’à une réponse concrète de l’État, tous les élèves resteront installé.e.s dans les locaux du Théâtre National de Strasbourg. » Pour le moment, Stanislas Nordey, le directeur du Théâtre et de l’Ecole,  ne s’est pas encore exprimé. A suivre…

*Assemblée Générale  chaque jour à 13 h sur le parvis et en Instagram live sur le compte: «ouverture.essentielle»,  pour suivre en direct l’actualité du mouvement

Soutenus par Valérie Dréville et Dominique Reymond actrices et Mathilde Delahaye metteuse en scène, associées au T.NS, Olivier Balazuc acteur et metteur en scène, Nicolas Bouchaud, Eric Lacascade qui travaillent avec eux,  ces élèves  ont les mots qu’il faut et veulent, dit-il, réveiller le lieu. »Peut-être est-ce cela dont il s’agit, non pas occuper ce théâtre qui nous est déjà ouvert mais lui rendre vie, l’habiter, lui rendre sa place juste, la place du vivant et l’expression de ceux qui n’ont pas toujours la voix pour parler. » Robin Renucci acteur et metteur en scène n’a pas mâché ses mots: “Dans cette situation de non-confinement généralisé, je réclame l’ouverture des théâtres. »

©x

©x

Des élèves du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, de l’Ecole supérieure d’art dramatique  de Paris et du studio-théâtre d’Asnières, se sont joints au mouvement national de leurs camarades et sont entrés au Théâtre de la Colline. Là aussi, on est monté d’un cran et la généreuse petite pommade de madame Roselyne ne suffira pas devant cette montée au créneau… « Nous, élèves de l’enseignement public et privé de théâtre, répondons à l’appel des occupant.e.s de l’Odéon. (…) Face à la perte de sens des décisions officielles prises dans les instances politiques, nous demandons l’arrêt de ces aller-retours gouvernementaux et une réelle prise de décision. » Là aussi, les mots sont clairs, précis et Jean Castex ne pourra sans doute plus repousser sans arrêt une  réouverture des salles qui tarde à venir. Nous avions cru comprendre que pour mars c’était foutu, que pour avril, ce ne serait pas avant la fin du mois donc de toute façon au pire moment celui des vacances scolaires. Quand on sait que mai est un véritable gruyère avec des jours fériés en rafale et donc peu propice aux créations et qu’il n’y en a plus  en mai… où va le théâtre en France?

Et par ailleurs mais tout est lié, on ne sait toujours rien ou si peu de l’avenir des festivals de cet été. Le In d’Avignon aura sans doute lieu mais, comme l’an passé, sous une forme réduite… Et comment canaliser le flot incessant de gens dans les rues étroites du centre ville? Dans le off, on voit aussi mal le scénario, puisque les salles -louées à des prix élevés- auront une jauge de toute façon limitée pour raisons sanitaires. Ses représentants commencent à manifester de plus en plus leur colère… Les recettes seront ridicules, alors qu’il y a environ 30.000 représentations de 1.600 spectacles et 12 millions d’euros de recettes totales. Avec 300.000 spectateurs et environ un million de droits d’auteurs collectés et un quart de la diffusion nationale des spectacles est programmée  à la suite du Off d’Avignon. Acteur artistique sans doute trop inégal, le off reste mal reconnu au plan économique et cela a été souvent évoqué, il ne pourrait survivre bien longtemps si le In venait à disparaître. Bref, une situation compliquée… D’autant plus que les choses risquent de s’envenimer: les  intermittents n’ont aucune garantie après août prochain et la réforme de l’assurance chômage, n’arrangera pas les salariés à contrat court. Bref, le domaine de la Culture, fleuron français, subit une crise très grave avec effets collatéraux.

Quant au festival Eclats d’Aurillac, là aussi, même si les spectacles ont lieu non dans les salles mais dans de grands espaces, ou pour le off dans des cours ou des places, comment arriver à maîtriser un tel flux de population dans cette petite ville dont l’économie risque de souffrir sérieusement.

©x

©x L’arc-Le Creusot

 Et voilà, cela vient de tomber: les Municipalités s’y mettent aussi et il se passe des choses au Creusot. L’Arc-Scène nationale se joint aux appels nombreux et répétés des amateurs et professionnels des arts et de la culture et invite chacun à rejoindre le rassemblement organisé par la ville, samedi 13 mars à 11 h devant le parvis. « Nous sommes prêts, impatients et solidaires, les réouvertures prochaines seront joyeuses et sereines ! » Et des collectif d’intermittents occupent la Scène Nationale de Chateauroux, le Théâtre Graslin à Nantes et le FIL à Saint-Etienne. A suivre… Bref, comme le disait un acteur, la Roselyne n’est pas sorti de l’auberge…

L’Arc-Scène Nationale du Creusot, Esplanade François Mitterrand. T. : 03 85 55 37 28 – larc@larcscenenationale.fr

Philippe du Vignal

 


Archive pour 10 mars, 2021

Le Théâtre National de Strasbourg lui aussi occupé

 

Le Théâtre National de Strasbourg lui aussi occupé…

© Gulliver

© Gulliver

C’était dans l’air… Et depuis hier soir, Le T. N. S. est lui aussi occupé par les cinquante et un élèves de son Ecole -une des plus importantes de France  (jeu, mise en scène, scénographie-costumes, dramaturgie et régie).  Ils montrent qu’ils existent et, bien conscients de la situation, ils exigeront d’être entendus.* Ils ont en effet décidé qu’«à partir du mardi 9 mars à 17 h et jusqu’à une réponse concrète de l’État, tous les élèves resteront installé.e.s dans les locaux du Théâtre National de Strasbourg. » Pour le moment, Stanislas Nordey, le directeur du Théâtre et de l’Ecole,  ne s’est pas encore exprimé. A suivre…

*Assemblée Générale  chaque jour à 13 h sur le parvis et en Instagram live sur le compte: «ouverture.essentielle»,  pour suivre en direct l’actualité du mouvement

Soutenus par Valérie Dréville et Dominique Reymond actrices et Mathilde Delahaye metteuse en scène, associées au T.NS, Olivier Balazuc acteur et metteur en scène, Nicolas Bouchaud, Eric Lacascade qui travaillent avec eux,  ces élèves  ont les mots qu’il faut et veulent, dit-il, réveiller le lieu. »Peut-être est-ce cela dont il s’agit, non pas occuper ce théâtre qui nous est déjà ouvert mais lui rendre vie, l’habiter, lui rendre sa place juste, la place du vivant et l’expression de ceux qui n’ont pas toujours la voix pour parler. » Robin Renucci acteur et metteur en scène n’a pas mâché ses mots: “Dans cette situation de non-confinement généralisé, je réclame l’ouverture des théâtres. »

©x

©x

Des élèves du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, de l’Ecole supérieure d’art dramatique  de Paris et du studio-théâtre d’Asnières, se sont joints au mouvement national de leurs camarades et sont entrés au Théâtre de la Colline. Là aussi, on est monté d’un cran et la généreuse petite pommade de madame Roselyne ne suffira pas devant cette montée au créneau… « Nous, élèves de l’enseignement public et privé de théâtre, répondons à l’appel des occupant.e.s de l’Odéon. (…) Face à la perte de sens des décisions officielles prises dans les instances politiques, nous demandons l’arrêt de ces aller-retours gouvernementaux et une réelle prise de décision. » Là aussi, les mots sont clairs, précis et Jean Castex ne pourra sans doute plus repousser sans arrêt une  réouverture des salles qui tarde à venir. Nous avions cru comprendre que pour mars c’était foutu, que pour avril, ce ne serait pas avant la fin du mois donc de toute façon au pire moment celui des vacances scolaires. Quand on sait que mai est un véritable gruyère avec des jours fériés en rafale et donc peu propice aux créations et qu’il n’y en a plus  en mai… où va le théâtre en France?

Et par ailleurs mais tout est lié, on ne sait toujours rien ou si peu de l’avenir des festivals de cet été. Le In d’Avignon aura sans doute lieu mais, comme l’an passé, sous une forme réduite… Et comment canaliser le flot incessant de gens dans les rues étroites du centre ville? Dans le off, on voit aussi mal le scénario, puisque les salles -louées à des prix élevés- auront une jauge de toute façon limitée pour raisons sanitaires. Ses représentants commencent à manifester de plus en plus leur colère… Les recettes seront ridicules, alors qu’il y a environ 30.000 représentations de 1.600 spectacles et 12 millions d’euros de recettes totales. Avec 300.000 spectateurs et environ un million de droits d’auteurs collectés et un quart de la diffusion nationale des spectacles est programmée  à la suite du Off d’Avignon. Acteur artistique sans doute trop inégal, le off reste mal reconnu au plan économique et cela a été souvent évoqué, il ne pourrait survivre bien longtemps si le In venait à disparaître. Bref, une situation compliquée… D’autant plus que les choses risquent de s’envenimer: les  intermittents n’ont aucune garantie après août prochain et la réforme de l’assurance chômage, n’arrangera pas les salariés à contrat court. Bref, le domaine de la Culture, fleuron français, subit une crise très grave avec effets collatéraux.

Quant au festival Eclats d’Aurillac, là aussi, même si les spectacles ont lieu non dans les salles mais dans de grands espaces, ou pour le off dans des cours ou des places, comment arriver à maîtriser un tel flux de population dans cette petite ville dont l’économie risque de souffrir sérieusement.

©x

©x L’arc-Le Creusot

 Et voilà, cela vient de tomber: les Municipalités s’y mettent aussi et il se passe des choses au Creusot. L’Arc-Scène nationale se joint aux appels nombreux et répétés des amateurs et professionnels des arts et de la culture et invite chacun à rejoindre le rassemblement organisé par la ville, samedi 13 mars à 11 h devant le parvis. « Nous sommes prêts, impatients et solidaires, les réouvertures prochaines seront joyeuses et sereines ! » Et des collectif d’intermittents occupent la Scène Nationale de Chateauroux, le Théâtre Graslin à Nantes et le FIL à Saint-Etienne. A suivre… Bref, comme le disait un acteur, la Roselyne n’est pas sorti de l’auberge…

L’Arc-Scène Nationale du Creusot, Esplanade François Mitterrand. T. : 03 85 55 37 28 – larc@larcscenenationale.fr

Philippe du Vignal

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...