Festival d’Avignon La Dernière Nuit du monde de Laurent Gaudé, mise en scène de Fabrice Murgia

Festival d’Avignon

 La Dernière Nuit du monde de Laurent Gaudé, mise en scène de Fabrice Murgia

dernirèe nuit

© Christophe Raynaud de Lage

 Le metteur en scène et l’écrivain avaient déjà collaboré et depuis, gardé l’envie de construire un projet ensemble. Et ils sont tombés sur un essai de Jonathan Gary 24/7: Le Capitalisme à l’assaut du sommeil où le philosophe montre comment la pression sociale pousse l’homme à raccourcir ses nuits en grignotant sur son sommeil. A partir de là, Laurent Gaudé a écrit un conte moral en forme de dystopie.

Bientôt une pilule sera mise sur le marché et permettra de dormir quarante-cinq minutes par vingt-quatre heures, sans être fatigué. Gabor, enthousiaste, trouve les bons arguments publicitaires pour promouvoir cette révolution planétaire. «Tout cela, c’est le monde de demain. Car l’enjeu est là, étaler l’activité du jour pour créer du travail… Peupler la nuit pour désengorger le jour .» On va fêter l’abolition de la nuit quand il apprend que Lou, la femme qu’il aime, a été blessée dans une manifestation du mouvement Nuit Noire et  « ne passera pas la nuit ». Tout bascule alors et ce qui devait pour lui, ouvrir une ère nouvelle, devient une catastrophe intime, sociale, sanitaire et écologique.. Les humains seront débordés par cette « nuit qui déborde ».

 La Dernière nuit du monde, avec pour sous-titre : Monologue peuplé, donne voix à de multiples personnages. personnages mais ici la pièce est incarnée par deux interprètes: le metteur en scène qui reprend du service sur scène pour jouer Gabor, et sa fiancée lointaine, qui dialogue avec lui derrière la vitre de ce qui paraît être un studio d’enregistrement. Nancy Nkusi (en alternance avec Nadine Baboy) se meut dans une espace incertain derrière son micro. Tandis que Gabor, fébrile, attend la dernière nuit,  elle lui apparaît en gros plan sur un immense écran où d’autres personnages se manifestent virtuellement : la directrice de Gabor, la cheffe rebelle des Samis de Laponie, des journalistes de la télévision… La vidéo, omniprésente, peuple la nuit avignonnaise d’images mouvantes aux couleurs artificielles, traitées avec des filtres rouge ou bleu, à en faire oublier les arbres et les voûtes du cloître…

 Dans ce dispositif scénique, la fable, bien que d’actualité, se perd sans nous capter. Le jeu survolté de Fabrice Murgia peine à convaincre et on regrette que Nancy Nkusi, à la belle prestance et à la voix envoûtante, reste dans la pénombre. Malgré l’élégance sophistiquée du décor géométrique de Vincent Lemaire et d’images vidéo léchées, cette histoire nous a paru assez invraisemblable. Peut-être parce que, resserrée sur le couple Gabor/Lou, elle passe à côté des enjeux philosophiques et sociétaux portés par les autres personnages réduits ici à des images filmées. Nous avons connu Laurent Gaudé mieux inspiré : la science-fiction ne semble pas être son rayon, à moins que son texte ne se trouve noyé dans trop d’artifices visuels et sonores. Dommage….

 Mireille Davidovici

 Spectacle vu le 13 juillet au Cloître des Célestins, Avignon.

 Les 31 août et le 1er septembre, Théâtre de Liège, les 3 et 4 septembre, L’Ancre, Charleroi (Belgique) et du 14 au 18 septembre, Théâtre Wallonie-Bruxelles, Bruxelles ( Belgique) . Les 12 et 13 octobre Tonelhuis, Anvers (Belgique) ; du  21  au 24 octobre, Centro Dramatico Nacional, Madrid (Espagne).

Le 1er mars, Théâtres en Dracénie, Draguignan (Var) ; le 8 mars, Cultuurcentrum Brugge, Bruges et les 11 et 12 mars, La Louvière-Central, La Louvière (Belgique).  Les 16 et 17 mars, Scène nationale d’Albi (Tarn)  et le 24 mars, Théâtre de Namur, Namur (Belgique) ;

Du 10 au 14 avril, Théâtre national de Wallonie-Bruxelles, Bruxelles (Belgique) ;

Le texte est publié chez Actes-Sud.

 

 


Archive pour 20 juillet, 2021

Festival d’Avignon La Dernière Nuit du monde de Laurent Gaudé, mise en scène de Fabrice Murgia

Festival d’Avignon

 La Dernière Nuit du monde de Laurent Gaudé, mise en scène de Fabrice Murgia

dernirèe nuit

© Christophe Raynaud de Lage

 Le metteur en scène et l’écrivain avaient déjà collaboré et depuis, gardé l’envie de construire un projet ensemble. Et ils sont tombés sur un essai de Jonathan Gary 24/7: Le Capitalisme à l’assaut du sommeil où le philosophe montre comment la pression sociale pousse l’homme à raccourcir ses nuits en grignotant sur son sommeil. A partir de là, Laurent Gaudé a écrit un conte moral en forme de dystopie.

Bientôt une pilule sera mise sur le marché et permettra de dormir quarante-cinq minutes par vingt-quatre heures, sans être fatigué. Gabor, enthousiaste, trouve les bons arguments publicitaires pour promouvoir cette révolution planétaire. «Tout cela, c’est le monde de demain. Car l’enjeu est là, étaler l’activité du jour pour créer du travail… Peupler la nuit pour désengorger le jour .» On va fêter l’abolition de la nuit quand il apprend que Lou, la femme qu’il aime, a été blessée dans une manifestation du mouvement Nuit Noire et  « ne passera pas la nuit ». Tout bascule alors et ce qui devait pour lui, ouvrir une ère nouvelle, devient une catastrophe intime, sociale, sanitaire et écologique.. Les humains seront débordés par cette « nuit qui déborde ».

 La Dernière nuit du monde, avec pour sous-titre : Monologue peuplé, donne voix à de multiples personnages. personnages mais ici la pièce est incarnée par deux interprètes: le metteur en scène qui reprend du service sur scène pour jouer Gabor, et sa fiancée lointaine, qui dialogue avec lui derrière la vitre de ce qui paraît être un studio d’enregistrement. Nancy Nkusi (en alternance avec Nadine Baboy) se meut dans une espace incertain derrière son micro. Tandis que Gabor, fébrile, attend la dernière nuit,  elle lui apparaît en gros plan sur un immense écran où d’autres personnages se manifestent virtuellement : la directrice de Gabor, la cheffe rebelle des Samis de Laponie, des journalistes de la télévision… La vidéo, omniprésente, peuple la nuit avignonnaise d’images mouvantes aux couleurs artificielles, traitées avec des filtres rouge ou bleu, à en faire oublier les arbres et les voûtes du cloître…

 Dans ce dispositif scénique, la fable, bien que d’actualité, se perd sans nous capter. Le jeu survolté de Fabrice Murgia peine à convaincre et on regrette que Nancy Nkusi, à la belle prestance et à la voix envoûtante, reste dans la pénombre. Malgré l’élégance sophistiquée du décor géométrique de Vincent Lemaire et d’images vidéo léchées, cette histoire nous a paru assez invraisemblable. Peut-être parce que, resserrée sur le couple Gabor/Lou, elle passe à côté des enjeux philosophiques et sociétaux portés par les autres personnages réduits ici à des images filmées. Nous avons connu Laurent Gaudé mieux inspiré : la science-fiction ne semble pas être son rayon, à moins que son texte ne se trouve noyé dans trop d’artifices visuels et sonores. Dommage….

 Mireille Davidovici

 Spectacle vu le 13 juillet au Cloître des Célestins, Avignon.

 Les 31 août et le 1er septembre, Théâtre de Liège, les 3 et 4 septembre, L’Ancre, Charleroi (Belgique) et du 14 au 18 septembre, Théâtre Wallonie-Bruxelles, Bruxelles ( Belgique) . Les 12 et 13 octobre Tonelhuis, Anvers (Belgique) ; du  21  au 24 octobre, Centro Dramatico Nacional, Madrid (Espagne).

Le 1er mars, Théâtres en Dracénie, Draguignan (Var) ; le 8 mars, Cultuurcentrum Brugge, Bruges et les 11 et 12 mars, La Louvière-Central, La Louvière (Belgique).  Les 16 et 17 mars, Scène nationale d’Albi (Tarn)  et le 24 mars, Théâtre de Namur, Namur (Belgique) ;

Du 10 au 14 avril, Théâtre national de Wallonie-Bruxelles, Bruxelles (Belgique) ;

Le texte est publié chez Actes-Sud.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...