Tebas Land de Sergio Blanco, lecture-mise en espace de l’auteur

 

Tebas Land de Sergio Blanco, lecture-mise en espace de l’auteur

 

Cette pièce (2013) marque pour l’auteur et metteur en scène uruguayen, son entrée dans une écriture théâtrale auto-fictive. Le texte brouille les pistes entre le vrai et le faux.« Qui est ce qui est vrai ? Faux ? Moi j’aime jouer avec ces deux possibilités. Le théâtre ? Etre ou ne pas être… et l’auto-fiction, c’est être et ne pas être. » Avec, pour thème central, la figure du parricide, Tebas Land (Terre de Thèbes), la pièces’inspire du célèbre mythe d’Œdipe, de la vie de Saint-Martin de Tours -martyr du IVème siècle- et d’une affaire judiciaire : Martin Santos un jeune parricide, inventée de toutes pièces par Sergio Blanco. Le dramaturge, un des personnages du texte, veut s’emparer de son histoire pour une prochaine création. Régulièrement, il va lui rendre visite en prison. Les entretiens se déroulent toujours au même endroit, dans l’enceinte grillagée d’un terrain de basket.

© Boris Didym

© Boris Didym

Face à cette première dans l’écriture de l’intime, peu importe la part de vérité : «L’auto-fiction vient faire un croche-pied à la vérité, à la réalité. ce qui est intéressant, c’est la métamorphose que l’on va en faire ». Pour cet écrivain passionné de Kafka, ce n’est pas un hasard! Tout comme le nom S de Sergio -le prénom de l’auteur- d’un des trois personnages de la pièce interprétée par deux comédiens. On pense à celui de K. comme Kafka, le héros du roman Le Château. Mais, pour Sergio Blanco, la métamorphose, geste esthétique par excellence, permet de donner un caractère existentiel et poétique à la fabula et à ses protagonistes : « On a envie de déconstruire ce drame contemporain. Pour moi, il est important de traiter la douleur, la souffrance au sens le plus noble, et non dans celui de la victime. Aller vers la douleur dans sa transformation possible, dans sa transfiguration poétique. » Ce choix, proche des codes esthétiques de la tragédie antique et/ou classique et présent dans cette fine écriture dramatique, non dénuée de force politique et sociale, désigne aussi l’émergence d’une pièce. «Comment peut-on tuer quelqu’un» devient ici : «Comment représenter une personne qui tue une autre personne?»

 Écrite en sept jours et rapidement mise en espace pour cette 27ème édition de la Mousson d’été, cette lecture faite par Houédo Dossa et Stanislas Nordey, remarquable de sensibilité et d’esprit, fait entrer le public dans une sphère autre que celle de la répression et de l’enfermement. Au rythme de la rencontre entre le dramaturge, Martin Santos et Frédérico (le comédien), Sergio Blanco crée un espace plus intime et très humain. Et qui laisse libre cours à notre imagination, tout en offrant avec une langue sobre et lourde de sens, un horizon fragile, douloureux et tendre. Un souffle sur la vie avec soi, avec l’autre, avec les autres…

Une émotion profonde s’est vite emparée des spectateurs…Preuve que la lecture peut être également un aboutissement pour un texte de théâtre, aussi dense et expressif qu’une représentation. En laissant advenir une théâtralité inattendue, digne des plus belles mises en scène. Subtile mise en lumière de l’écriture dramatique et pour Sergio Blanco : « On est tout le temps en train d’écrire, c’est une manière de regarder le monde. » Tebas Land, une vision généreuse partagée avec un public enthousiaste et bouleversé !

 Elisabeth Naud

Mise en espace-lecture vue à la 27ème édition de la Mousson d’Été, abbaye des Prémontrés, Pont-à Mousson (Meurthe-et-Moselle).

 Le texte de la pièce traduit de l’espagnol (Uruguay) par Philippe Koscheleff, est publié chez Actualités Éditions.

 

 

 

 

 

 

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...