Festival Marmaille à Rennes

Festival Marmaille à Rennes

Lillico a pour but de promouvoir l’éveil artistique pour l’enfance et la famille mais aussi de participer au soutien et à l’encouragement des métiers des arts du spectacle, d’œuvrer pour l’accès à la culture pour tous, de diffuser et soutenir la création. Cette association dirigée par Christelle Hunot est forte d’une expérience de trente-deux ans avec des  projets  pour le jeune public et le tout public sur Rennes, l’agglomération rennaise, l’Ille-et-Vilaine et la Région Bretagne.. Il y a ici une approche particulière quant à l’accueil et à la communication pour les enfants jusqu’à six ans. «Nous affirmons, dit-elle, que le public des enfants et des jeunes est spécifique, psychologiquement, sociologiquement et économiquement et nous avons aussi la volonté d’un projet citoyen à travers toutes nos actions. Nos mises en œuvre vont toujours dans le sens d’un accompagnement, d’un soutien, d’un conseil pour aller vers l’autonomie. Le théâtre, l’objet, le corps… Des plus petites formes aux plus grands plateaux. Du plus petit enfant, au plus grand, aux parents et  grands-parents. (…) Les mots culture, art, création, solidarité et citoyenneté sont au cœur de notre projet et dans toutes ses mises en œuvres possibles, surtout dans ces moments si particuliers. »

Le Labo est  un espace de recherche artistique et d’expérimentation avec des professionnels  de l’art, de l’enfance, de la petite enfance, de la recherche, mais aussi avec des habitants, des familles, curieux de participer à des moments réguliers et informels, pour discuter et réfléchir ensemble. Territoires ou comment apprendre à travailler ensemble, à construire ensemble un territoire commun, un axe qui sera le leitmotiv pour toute notre ligne autour de la médiation et de l’action culturelle. Partant de notre cœur de projet, l’art, les territoires seront autant d’espaces possibles à explorer, pour rencontrer les habitants, les familles, les écoles, les structures sociales…

Cet ancien gymnase est devenu un espace de vie pour les enfants, pour les professionnels en lien avec l’enfance et la population du quartier de Maurepas et du département. (…) Un lieu de recherche et d’exploration artistique, de laboratoire, de production et de soutien à la création contemporaine par la co-production ou production déléguée pour les artistes indépendants et en développement. Et sont ici présentes toutes les disciplines du spectacle : théâtre, danse, musique, conte, autres formes hybrides mais aussi arts graphiques, arts numériques et cinéma. Avec des temps forts comme les spectacles et interventions au Festival Marmaille sur plusieurs semaines en octobre…

Ecoutes sous Zabris par la Bobine/Bob théâtre en Ille-et-Vilaine (pour tout public dès le début de la vie )

Une installation textile et sonore qui peut évoquer le corps de la mère avec des coussins de forme et couleurs diverses, avec un pont d’où pendent de gros fils eux aussi de différentes couleurs pour vivre une expérience intime et collective. Cette installation, a été auto-produite par Christelle Hunot, directrice de Lillico, qui, en 2012, monta une unité petite enfance, appelée La Bobine, au sein de la compagnie Bob théâtre où elle déploie un travail alliant les arts du textile et la mise en scène. Elle met en scène de formes évocatrices de la maternité, entre seins, ventres et tunnels de passage. « Ces cercles composés de textile, dit-elle, nous emmènent en voyage. Ils nous livrent des paysages suspendus entre interaction physique et écoute personnelle, avec ou sans casque, au cœur de nos voyages intérieurs, entre bercement et blotissement. »

©x

©x

Elle a proposé à Elio Athimon-Hunot de composer une promenade musicale pour un espace carré où un public d’une vingtaine de personnes, tous âges confondus, s’installe où il veut pour vivre cette expérience sensible, en se déplaçant ou non, en écouatnt la musique au casque ou pas. Cette forme est née à l’occasion de Figure 2021 où la metteuse en scène a invité Elio Athimon-Hunot à créer le premier concert d’écoute au casque par les tout-petits d’une musique que l’on pourrait qualifier de pop életronique expérimentale.. Et elle a invité Mariana Caetano pour le chant et l’interprétation à travailler dans cette installation avec Puis dans un second temps, l’après-midi avec Héron Cendré (Gregaldur). Lui présent en fond scène sur différents synthés et machines électroniques avec lumières, en accord avec la musique
Déchaussés pour pénétrer sur ce tapis carré et allongés, la tête reposant sur de gros coussins, nous nous laissons volontiers bercer par ces douces phrases musicales qui doivent impressionner les bébés : aucun bruit, aucun cri mais une douceur et une paix qui s’installent dans cet espace privilégié.

Comptine et chants ont depuis l’aube de l’humanité accompagné réveil et endormissement des tout petits et plus récemment la musique s’est révélée comme une aide précieuse au développement du cerveau des prématurés. Celle qui accompagne les dessins animés, étant, elle souvent assez médiocre. Mais ici, elle nous paru à la représentation du soir encore plus qu’à celle du matin, d’une grande qualité. Et nous garderons aussi la belle image d’un petit garçon (deux ans environ) tirant avec joie sur le rythme de la musique, sur deux gros fils, et cela pendant plusieurs minutes… Impressionnant.

Spectacles vus à la Maison de quartier La Bellangerais, à Rennes.

La Chuchoterie

©x

©x

C’est en plein cœur de ville, sous la houlette d’une jeune animatrice, un espace d’art où on peut, avec des tout petits, regarder de beaux livres-jeux en textile donc indéchirables ou qui s’ouvrent avec des paysages. Là aussi, on se déchausse avant d’entrer dans ce lieu calme et doux, marcher sur des tapis noir et blanc, puis s’asseoir et se lover dans des coussins. Et c’est gratuit…
Il y a quelques pièces de mobilier conçus par Laurence Henry, où sont disposés les livres. Seule réserve, l’espace n’est pas bien grand mais peut accueillir six personnes. Aucun doute, cette Chuchoterie est à découvrir par les très petits enfants. Malgré ces temps d’Internet, ils ont ici la joie de découvrir la magie d’un médium connu depuis l’Antiquité avec, d’abord, des
feuilles manuscrites réunis en bande enroulée autour d’un cylindre, ensuite pliés et cousus en cahiers depuis le premier siècle après J.C. Enfin imprimées sur papier d’épaisseur variable, et dernièrement édités sous forme numérique… Les livres restent des supports irremplaçables d’étude, de connaissance et distraction quel qu’en soit le genre et le volume. En général quand même assez peu fragiles, ils défient souvent le temps, sont légers, d’un coût peu élevé et peuvent être emportés partout.
Le livre pour très jeunes enfants en tissu ou en papier dur a un siècle à peine mais a aussi une remarquable fonction d’éveil au monde extérieur, La Chuchoterie est là pour nous le rappeler.

Contact : Alix Clerfeuille au 02 99 63 13 82 ou : lachuchoterie@lillicojeunepublic.fr pour toute information complémentaire.

©x

©x

A la Lueur du doute, pièce chorégraphique et interprétation de Carole Bonneau, Hélène Maillou et Falila Taïrou, musique de Jean-Michel Noël (tout public dès six ans)

La compagnie Ostéorock basée en Maine-et-Loire a conçu ce spectacle avec des personnages récurrents dans les contes pour enfants comme dans Macbeth de Shakespeare. Trois sorcières investissent le plateau. Avec quelques pierres et du bois, elles font un feu, avec au-dessus, une marmite, deux symboles de leur colère mais aussi du respect qu’on doit à la terre nourricière. Elles écoutent le chant des feuilles dans les arbres et dansent souvent en rond, de façon très impulsive, presque sauvage et soufflent des cris célébrant la vie comme on rêve de voir les magiciennes le faire.

« Cette pièce chorégraphique interroge notre perception du réel, sème le doute sur l’envers du visible, questionne notre relation à la nature, disent les créatrices. Au centre de la pièce, on retrouve la sorcière. Celle-là même qui, au cours des siècles a été décriée mais qui, depuis les années 70, est un symbole de féminisme et de résistance. Ostéorock, en s’intéressant à cette figure de femme forte et libre, nous plonge dans un conte sacré où l’humain et la nature font corps. »

Contrat bien rempli: argument simple et significatif, très bonnes chorégraphie et interprétation des trois danseuses-actrices qui emmènent leur jeune public là où elles veulent pendant cinquante minutes, remarquables lumières de Séverine Lemonnier et beaux costumes de Thérèse Angebault. Bref, et ce n’est pas si fréquent, un bon spectacle de danse contemporaine à l’intention du jeune public… Quel chemin parcouru depuis cinquante ans quand le théâtre pour enfants commençait à à émerger avec les admirables spectacles de la compagnie de la Pomme verte dirigée par Catherine Dasté… Les enfants de ce Marmaille 2021 sont vraiment gâtés, même avec l’obligation de porter un masque…

Philippe du Vignal

Spectacle vu le 27 octobre, salle Guy Ropartz, association Lillico, salle Guy Ropartz,14, rue Guy Ropartz, à Rennes (Ille-et-Vilaine).

 

 


Pas encore de commentaires to “Festival Marmaille à Rennes”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...