Dimanche de et par Julie Tenret, Sicaire Durieux et Sandrine Heyraud

Dimanche de et par Julie Tenret, Sicaire Durieux et Sandrine Heyraud

Ce théâtre belge gestuel et visuel nous plonge avec humour dans une fin de monde, sur les traces de trois valeureux reporters… qui enquêtent sur la disparition des espèces et au sein d’une famille, affrontant sans ciller canicule, cyclone et tsunami… En toile de fond du spectacle, des thèmes comme le dérèglement climatique, la disparition des espèces animales et, à terme, de l’humanité… La compagnie Focus créée par Julie Tenret s’est associée à Chaliwaté, celle de Sicaire Durieux et Sandrine Heyraud. Cette réalisation (2019) avec une première mouture courte l’année précédente, a été couverte de prix dans le monde entier.«Nous souhaitions, disent ces artistes, mutualiser nos outils au service d’une écriture mêlant théâtre gestuel, théâtre d’objets, marionnettes, jeu d’acteurs et vidéo. »

Une voiture miniature roule dans un paysage polaire. Ses trois occupants, cahotant sur la route, aventuriers d’un monde en perdition, affrontent la fonte de la banquise où une ourse géante et son petit se trouvent déjà au bord d’un gouffre… Pendant ce temps, chez des gens, on sert le petit-déjeuner du dimanche : thé, croissants. Canicule : la grand-mère transpire… et le décor ramollit ! Ailleurs, une équipe de tournage va filmer en hélicoptère un grand oiseau. Nous le retrouverons rôti au repas dominical, avant que l’ouragan n’emporte table et convives…. Dans cette succession de tableaux, Julie Tenret, Sicaire Durieux et Sandrine Heyraud associent habilement épopée de journalistes et séquences familiales… Grâce à des changements d’échelle permanents, manipulateurs et acteurs jouent sur tous les registres du théâtre d’objets et de marionnettes. Les scènes avec de vrais personnages tiennent du mime et sont ponctuées par de courts reportages télévisés. Les effets spéciaux restent artisanaux, sans perdre de leur magie etle moindre détail est travaillé dans un constant souci esthétique. Les corps des acteurs se fondent dans le paysage et deviennent routes, collines, lande, désert …

 Dans ce spectacle poétique, visuel et artisanal, à la fois comique et tragique, une humanité s’accroche contre vents et marées à un quotidien qui fout le camp : des objets se tordent à la chaleur, s’envolent dans la tempête ou flottent parmi les poissons… Sans moralisme, les réalisatrices n’épargnent en rien les protagonistes de cette double histoire et pimentent ce Dimanche d’une once de cruauté, toujours contrecarrée par le rire. Autour d’eux, le monde s’effondre mais c’est encore dimanche ! Magistral d’invention et de pertinence.

 Mireille Davidovici

 Spectacle vu le 11 février, au Théâtre Au fil de l’eau, Pantin (Seine-Saint-Denis), initialement prévu dans le cadre de la Biennale de la marionnette, avec le Mouffetard-théâtre de la Marionnette à Paris (Vème).

Le 24 février, Tiel, le 26 février, Delft ; le 1er mars, Groningen. (Pays-Bas)?

Le 7 mars, Théâtre municipal de Grenoble (Isère) ; le 10 mars Maison des Arts, Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) ; les 20 et 21 mars Théâtre Firmin Gémier, Antony (Hauts-de-Seine).

 Le 15 mars , Centre culturel de Dinant (Belgique) ; les 20 et 21 mars, L’Azimut, Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine) ; le 28 mars, Quai des Arts, Pornichet (Loire-Atlantique).

 

 

 

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...