Le Temps d’aimer la danse à Biarritz Starlight de et avec Martin Harriague

Le Temps d’aimer la danse à Biarritz:

Starlight de et avec Martin Harriague

 Ex membre de la Kibbutz Contemporary Dance Company, Martin Harriague avait reçu le Prix du public pour Prince, au premier concours du jeune chorégraphe à Biarrritz,  il y a sept ans. Nous l’avions revu danser au sein de cette compagnie israélienne, mais aussi comme chorégraphe au Malandain Ballet de Biarritz au festival Le Temps d’aimer la danse (voir Théâtre du blog).

© Olivier Houeix

© Olivier Houeix

Martin Harriague ouvre cette édition avec un solo intime et émouvant. La compagnie d’Angelin Preljocaj et le ballet de l’Opéra de Bordeaux présentaient, elles, Mythologies au théâtre de la Gare du midi.  Sa parole est empreinte ici d’une certaine gravité: «Je viens de recevoir la vie, il ne manque que l’existence» et dans le programme, il dédie ce spectacle à sa maman. Entre sourire, parfois, et émotion, souvent, Martin Harriague nous parle de sa jeune vie, il la chante, la danse, la met en musique et nous fait entrer dans son intimité. Parfois, ses soliloques sont un peu longs mais on pardonne vite à cet artiste doué, né le jour de la catastrophe de Tchernobyl, le 26 avril 1986. Il avait découvert la danse en essayant de reproduire la chorégraphie de Thriller de Michael Jackson,vue sur l’écran de télévision familial. Starlight était le premier titre de ce morceau mondialement connu.

 Des vidéos intimes, mêlées d’extraits de ce clip, sont le fil rouge de cette création. En revoyant des extraits vidéo de Michael Jackson, nous mesurons à quel point cet icône de la pop culture était un danseur exceptionnel. Martin Harriague se met dans ses pas et nous offre une pièce pleine d’énergie mais nous garderons surtout en mémoire les images très émouvantes des mains fragiles de sa mère qui commente, sans que l’on voit son visage, ses premiers essais en danse.

 Jean Couturier.

Spectacle vu le 10 septembre au Théâtre du Colisée, 11 avenue Sarasate, Biarritz (Pyrénées-Atlantiques).

Le Temps d’aimer la danse se poursuit jusqu’au 18 septembre. T. : 05 59 24 96 99.


Archive pour 11 septembre, 2022

La Casa des Merveilles

 La Casa des Merveilles

Récemment créé, ce lieu est consacré à la magie, à l’hypnose et au mystère. Avec la compagnie du Scarabée Jaune et l’association Spectaculum regroupant deux-cent cinquante membres qui organisent et assistent à des spectacles de mystère, magie et cabaret.
Ils sont magiciens, acteurs, musiciens, graphistes, photographes mais aussi simplement des  gens intéressés par ces arts. Pour voir les spectacles, il suffit d’adhérer à l’association :10 € . Puis chacun donne ce qu’il veut aux soirées. Et un bar fonctionne sur la même libre participation.

 

©x

©x

Le lieu comprend un théâtre, une salle pour la formation et un petit restaurant. Mais aussi la caravane d’Eve Opchka, une voyante qui fait des séances de tarot psychologique et parfois des spectacles à petite jauge. Et enfin le cabinet de consultation d’un hypnothérapeute et un barnum consacré au jeu et à l’arnaque. L’an prochain, s’ouvrira un espace d’exposition… 

A la Casa des Merveilles, l’association Spectaculum a pour objectif d’organiser des spectacles dans le petit théâtre de cinquante place. La compagnie du Scarabée Jaune fera, elle, des séminaires sur la magie et l’hypnose. Le premier sur le pouvoir de la narration en magie et au cabaret, animé par Jean Merlin et l’équipe du Scarabée Jaune, aura lieu les 15 et 16 octobre. Il y aura aussi des sessions en deux jours pour apprendre la magie aux enfants, animées par Strobineler. (La première, déjà complète, les 2 et 3 novembre).
Et à partir de 2023, chaque mois, une conférencier parlera de la découverte de l’hypnose et autres curiosités. On y évoquera aussi le travail du mentaliste Derren Brown, celui poétique du psycho-magicien Alejandro Jodorowsky,
scénariste, auteur de bande dessinée, réalisateur mais aussi acteur, mime et  auteur de performances au sein du groupe actionniste Panique qu’il a créé avec Roland Topor et Fernando Arrabal. On parlera encore du travail du médecin Milton Erickson et le public sera invité à découvrir la transe hypnotique, l’écriture automatique ou la régression vers de prétendues vies antérieures.
On y rencontrera des artistes, des thérapeutes mais aussi des adeptes du spiritisme, du vaudou ou du chamanisme. Dans un esprit de curiosité, échange, respect de l’autre et bienveillance… Tous les témoignages de vie seront les bienvenus même -et surtout- les plus décalés. L’objectif n’est pas scientifique mais artistique : recueillir des narrations divergentes des phénomènes de l’esprit.

Au départ, la compagnie du Scarabée Jaune avait ouvert son théâtre à une programmation tout public dans plusieurs bâtiments en pierre avec une salle de formation et un restaurant puis bientôt un espace d’exposition. Le projet peut paraître ambitieux mais il commence modestement avec un petit théâtre de cinquante places, quelques spectacles et formations. En pleine campagne bretonne près de l’axe Nantes-Rennes*. Cinq spectacles ont déjà été joués, dont Mystère, magie et énigmes policières avec Claude De Piante, Les soeureines avec Steno, Persifa et Mestingo, Pincez-moi, je rêve ! de Strobineler.

 La Casa des Merveilles, ou la poétique du mystère: cela signifie que toutes les formes artistiques s’intéressant au mystère sont les bienvenues. « Mais nous privilégions, disent ses créateurs, celles qui génèrent l’humour, l’énergie, la convivialité et le partage. Le nom Casa des Merveilles fait référence à La Casa de Papel et à Alice aux pays des Merveilles. A mi-chemin entre l’impertinence de la liberté, et la poésie du non-sens. Notre devise pourrait être : « Mais alors, dit Alice, si le monde n’a absolument aucun sens, qu’est-ce qui nous empêche d’en inventer un ? » Une des superbes phrases les plus connues et citées d’Alice aux pays des Merveilles. Et que nous approuvons entièrement… Mais elle n’apparait nulle part chez Lewis Caroll, car elle n’est pas de lui… Une invention, une illusion. Et à bien y regarder cette escroquerie d’origine inconnue est un poétique pied de nez de la vie à Lewis Caroll, ce maître incontesté du non-sens. On ne peut rêver de meilleure illustration de ce que représente la magie. » La Casa des Merveilles est d’abord un lieu de rencontres et résidence mais aussi de création, formation. Souvent des magiciens ou artistes viennent se poser un temps à la campagne, pour trouver un regard enthousiaste et parfois un conseil bienveillant.

« Nous aimerions explorer et encourager l’étude de la narration du mystère et l’écriture des spectacles magie et permettre des rencontres autour d’une écriture spécifique mais peu étudiée: celle des magiciens. Nous avons voulu commencer nos formations-rencontres avec Jean Merlin et ce n’est pas un hasard. Il possède un style, une écriture, une poésie, une liberté que nous voulons montrer dans ce premier stage. Il illustre parfaitement la figure mythologique du Trickster, si bien étudiée par la psychologie des profondeurs. Mais surtout quelque soit notre évolution future, nous souhaitons rester avant tout un lieu paisible de convivialité, liberté et partage.  »
A la Casa des Merveilles, il fait bon vivre et on y mange bien. Un atout indéniable. En général, les spectacles sont suivis de découvertes gastronomiques et magiques qui donnent envie d’y revenir.

Sébastien Bazou 

* 5 les Fosses, 35390 Grand Fougeray.
Et les 23 et 24 septembre , En attendant K avec Cerise Meulenyzer. Un hommage à toutes les assistantes de magiciens.
Le 15 octobre, Une soirée au cabaret magique avec Jean Merlin et la compagnie du Scarabée Jaune.
Le 4 novembre, La Magie du vin avec Christophe Boisselier, sommelier-magicien. Et le 18 novembre, La Voyante avec Eve Opchka, mentaliste et tarologue.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...