Farces et nouvelles d’Anton Tchekhov, mise en scène de Pierre Pradinas

Farces et nouvelles d’Anton Tchekhov, mise en scène de Pierre Pradinas

Deux farces : Les Méfaits du tabac, L’Ours traduction d’André Marcowicz et François Morvan , suivis d’une nouvelle, La Mort d’un fonctionnaire, traduction d’Elsa Triolet, à la fois dite et jouée. Mais il y a aussi une autre série avec la célèbre et merveilleuse Demande en mariage, L’Ours et une nouvelle, Un Drame,  qui est programmée plus tard…

©x

©x


Il y a ici toute une galerie de personnages que le célèbre auteur fait vivre dans ses nouvelles dont il transformera certaines en courtes pièces. Au programme, la vie de ces petits bourgeois avec leur travers, leur inconsciente cruauté mais aussi leurs amours inavoués mais aussi leur tendresse… Comme dans ses grandes pièces: Oncle Vania, Ivanov, La Mouette, Les trois Sœurs, La Cerisaie…

 

©x

©x

Dans les Méfaits du tabac, un court monologue, Ivan Ivanovitch Nioukhine, seul et triste, est à ce qu’il dit, bouffé par son épouse qui dirige un pensionnat-école de musique. Elle l’a obligé à faire une conférence en province sur les méfaits du tabac. Mais cela ne l’intéresse en rien et il ne sait ce dont il va pouvoir parler à un auditoire qui n’a aucune envie de l’écouter.
Alors le pauvre Niouchkine improvise lamentablement et raconte les affres de la vie de couple et se plaint du caractère de son insupportable femme… Quant aux ennuis que procure le tabac, le public attendra et nous n’en saurons jamais rien….
Philippe Rebbot, avec son minable complet à veste croisée et ses longues chaussures noires pointues, a une grande présence et sait donner à Niouckhine quelque chose d’humble et pathétique. Et c’est souvent brillant… mais il aurait intérêt à travailler sa diction, trop approximative.

©x

©x

L’Ours est une petite farce en un acte (1888). Elena Ivanovna Popova, jeune  propriétaire terrienne séduisante avec ses jolies petites fossettes, est veuve depuis sept mois. Volontairement retirée du monde, elle vit seule. Louka, son vieux valet, lui annonce la visite de Grigori Stépanovitch Smirnov, un exploitant agricole à qui son mari devait de l’argent.
Mais elle refuse d’abord de le recevoir. Lui, très endetté, exige de lui parler : il ne peut plus attendre et lui réclame son argent. Enfin il est admis à parler à Elena qui lui réclame à nouveau le montant de cette dette. Elle lui répète dix fois qu’elle le comprend mais qu’elle ne peut rien faire pour lui: elle n’a actuellement aucun argent disponible et ce n’est pas négociable, lui dit-elle en colère. Smirnov devra attendre le retour de son intendant le surlendemain. C’est à prendre ou à laisser.

Lui aussi très en colère, Smirnov annonce à Elena Ivanovna Popova qu’il restera chez elle, jusqu’à ce qu’elle le rembourse. Même quand son valet s’interpose, il se fait menaçant: «Tu es malade pendant un an, je ne bouge pas d’ici pendant un an ».
Elena Ivanovna Popova le provoque alors en duel et fait alors chercher un coffret de pistolets les Smith & Wesson de son mari… Mais elle ne s’est évidemment pas s’en servir et demande à Grigori Stépanovitch Smirnov de l’aider. Et il commence à admirer l’incroyable énergie, le caractère pas commode et l’audace de cette jeune femme…
On sent qu’il a déjà capitulé et qu’il va doucement tomber amoureux. Il ne parle même plus de dette et s’avouera vaincu: «Je tombe amoureux, la tête la première! Je demande votre main. Oui, ou non ? » Silence d’Elena… Qui ne dit mot consent?
Les corps se rapprochent et ils s’embrassent. Bref, le duel n’aura jamais lieu et le mariage entre ces deux grands coléreux n’est pas loin. Emotion perceptible dans la salle.
C’est sans doute le meilleur moment de cette courte soirée. Remarquablement dirigés par Pierre Pradinas, Maloue Fourdinier et Quentin Baillot sont tout de suite très crédibles et excellent dans ces personnages aussi têtus l’un que l’autre, mais finalement aussi fragiles dans leur solitude et une fois épuisée leur colère, capables d’une grande tendresse…

Enfin dans La Mort d’un fonctionnaire, une nouvelle de 1883, Ivan Dimitritch Tcherviakov, fonctionnaire de police, est assis au deuxième rang à l’Opéra. Mais impossible de faire autrement, il éternue… sur la tête du général Brisjalov. Il lui présente aussitôt ses excuses et de nouveau, à l’entracte. Cela énerve ce général qui n’y pensait plus. Mais rien à faire, Ivan Dimitritch Tcherviakov  craint qu’il pense qu’il l’a fait exprès.
Revenu chez lui, il en parle à sa femme. Inquiète, elle lui conseille d’aller encore présenter ses excuses le lendemain. Il va donc le voir et s’excuse pour la troisième fois mais Brisjalov reste indifférent. Tcherviakov recommencera une quatrième fois! le général, excédé, l’accuse de se moquer de lui. Et la cinquième fois, il le renvoie. Tcherviakov en est malade et il « a l’impression que quelque chose se rompait dans son ventre». Il rentre chez lui , se couche tout habillé et meurt aussitôt…
Les acteurs font le boulot mais bon, cette nouvelle à la fois dite et jouée, malgré une critique amusante de la servilité d’un petit fonctionnaire, ne nous a pas vraiment touché…
Ces deux courtes pièces et cette nouvelle ont un format court et peuvent se jouer n’importe où. « Tchekhov bien sûr, y excelle, dit Pierre Pradinas. Elles s’adressent à un large public et ont l’exigence et la profondeur de ses grandes  pièces. »
Mais le spectacle est un peu court et nous en aurions bien repris une louche, malgré, au début, un petite scène de théâtre dans le théâtre sans aucun intérêt et que Pierre Pradinas aurait pu nous épargner. Nous avons regretté que La Demande en mariage au lieu de cette Mort d’un fonctionnaire, n’ait pas fait partie de ce programme… Uen erreur de tir.  Alors à voir? A vous de décider, mais même une trop petite dose de Tchekhov, cela ne se refuse pas…

Philippe du Vignal


Spectacle joué du 8 au 12 novembre, Théâtre du Lucernaire, 53 rue Notre-Dame-des -Champs, Paris (VIème). T. : 01 45 44 57 34.

Du 14 au 26 novembre, Les Méfaits du tabac, Une demande en mariage, Un Drame. 

Du 28 novembre au 3 décembre, Une Demande en mariage, Les Méfaits du tabac, La mort d’un fonctionnaire.

Du  5 au 17 décembre, L’Ours, Les Méfaits du tabac et La Mort d’un fonctionnaire.

Du 19 décembre au 7 janvier, Une Demande en mariage, Les Méfaits du tabac, La Mort d’un fonctionnaire.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...