La Mouche, adaptation de la nouvelle de George Langelaan, mise en scène de Christian Hecq et Valérie Lesort

La Mouche, adaptation d’une nouvelle de  George Langelaan, mise en scène de Christian Hecq et Valérie Lesort

C’est une reprise du spectacle créé il y a quatre ans (voir Le Théâtre du Blog). Ici un couple (pas le mari et la femme: au début on ne sait pas trop). Robert, plus tout jeune vit en fait avec sa mère, Odette. Les metteurs en scène se sont inspirés à la fois d’une courte nouvelle de science-fiction de l’écrivain franco-britannique George Langelaan (1957). André, un brillant chercheur avec des  » désintégrateurs-réintégrateurs » veut transférer une matière à travers l’espace. Il a essayé avec un  chat… qui s’est désintégré. Une fois corrigées les erreurs, l’invention a  fonctionné et ce chercheur a tenté l’expérience sur lui-même. Mais une mouche, entrée avec lui dans l’émetteur, a provoqué une permutation de sa tête et d’un bras A la base de ce spectacle, il y aussi une émission de la célèbre série belge documentaire Strip Tease:  La Soucoupe et le perroquet. Robert, pas tout jeune avec un peu de ventre et moins de cheveux, l’air ahuri, en vieux pantalon bleu foncé et chemisette rayée des années cinquante, vit dans une sorte de garage-laboratoire-chambre. Il a inventé-du moins le croit-il- une machine à téléporter mais à partir d’un syllogisme : puisqu’on envoie des sons et des images, pourquoi pas des animaux, voire des humains….

© Fabrice Robin

© Fabrice Robin

Odette, une vieille dame aux cheveux blancs très volumineuse, en robe bleu pâle et gilet jaune, fait la cuisine dans une caravane, téléphone à ses copines pour leur raconter les derniers secrets qu’elle a juré de ne jamais répéter, met une perruque châtain quand des gens viennent la voir pour acheter une botte des radis qu’elle cultive. Comme Marie-Pierre, la fille assez sotte de sa voisine Chantal, qui  revient vivre chez sa mère. Enceinte d’un type qui visiblement, l’a plaquée. Cela lui a échappé! Mais pas à Odette qui voudrait bien la refiler à son Robert.

Ce fils adoré fait donc ses expériences avec leur adorable chien et un lapin qui sont sur scène, une chaussette de Marie-Pierre, puis elle-même qui veut se retrouver à Saint-Tropez… Robert tripote son tableau de bord devant trois écrans verts d’anciens postes télé. Les cobayes étant placés sur un plateau tournant dans une cabine ronde et vitrée où on les voit disparaître dans un nuage de fumée, puis réapparaître … sous une forme rabougrie, dans une autre cabine identique de l’autre côté du bureau-console. Marie-Pierre a disparu par les soins de Robert et reste introuvable: tout le monde s’inquiète! Puis un inspecteur de police ridicule et chauve viendra interroger Odette et ensuite Robert: les derniers à l’avoir vue… Elle, a vite compris qu’elle avait intérêt à jouer les idiotes pour que son Robert chéri ne soit en rien soupçonné. Et pour aider les choses, elle fera boire à l’inspecteur des verres de Suze à chacune de ses visites Quant à la mouche, Odette a toujours au début sa tapette pour en éliminer une et, à la fin, on en verra l’image sur les trois écrans verts dans le labo de Robert. Si on a bien compris, il va aussi essayer de se téléporter et on le voit glissant sur des tuyaux à cinq mètres de hauteur. Une séquence, bien entendu truquée mais hallucinante de vérité. Il redescend au sol, la tête couverte d’affreux bulbons, tout sanguinolent…

© Fabrice Robin

© Fabrice Robin

Les quarante premières minutes avec ces êtres, assez proches des Deschiens, sont très drôles. Christian Hecq, comme toujours, est un mime-clown fabuleux et a ici une démarche hésitante de pauvre bonhomme livré à lui-même et qui se venge par en-dessous de sa mère envahissante. C’est vraiment un très grand comique et nous n’en avons qu’un! dans la lignée de Jaques Tati… D’une pièce à l’autre, il su créer un personnage. Comme Christine Murillo, plus vraie que nature, incarnant sans faiblir un seul instant  cette énorme mère envahissante : une belle leçon de théâtre…
Ici, tout est savamment truqué: Christian Hecq et Valérie Lesort arrivent à rendre le faux, crédible, avec une étonnante virtuosité. Comme dans la caravane, la mise à mort du lapin bien vivant, tué avec un  couperet par Robert qui ensuite le « déshabillera » de sa peau, l’éviscèrera et  l’accrochera à la paroi de la caravane, pissant le sang… Ou ce chien liquéfié après avoir été téléporté. Ou le court-circuit dans le laboratoire de Robert provoqué par Odette
qui a branché en même temps grille-pain et aspirateur sur les multiprises: du coup la téléportation de Marie-Pierre échouera et elle disparaîtra à jamais !  Là aussi du grand art…
Mais tout se passe comme si les créateurs  de cette Mouche avaient voulu surtout mettre l’accent sur le cadre de vie. La  scénographie d’Audrey Vuong est tout à fait remarquable: une petite caravane où l’énorme Odette n’arrête pas de monter et descendre. Entre son téléphone, son réchaud à deux feux et ses fleurs en plastique. En fond de scène, un vieux garage où trône un bureau avec écrans, nombreux cadrans et deux cabines à téléportation, fermé par un rideau de fer que Robert n’arrête pas de faire descendre ou monter dans un bruit infernal. Et un ridicule petit potager avec un nain de jardin. E
La gestuelle est ici de tout premier ordre et d’une précision absolue. Que le texte soit insignifiant est a contrario, bien vu et d’abord même nécessaire. Et même si les gags sont souvent connus, Christian Hecq et Christine Murillo font ici un remarquable travail en créant des personnages aussi minables que ridicules mais par moments, attachants. Là où cela va moins bien: quand les metteurs en scène veulent ensuite donner plus de corps à cette histoire loufoque inspirée de la nouvelle. Les dialogues pauvrets n’offrent pas beaucoup de grain à moudre aux acteurs qui font ce qu’ils peuvent: cela se sent déjà avec cette expérience de téléportation qui a lieu quatre fois, et au moment où Odette offre l’apéritif à Marie-Pierre. Et quand Robert et Odette déjeunent sur leur table de camping.. tout cela sonne creux et sent le bavardage. Quand l’inspecteur de police
(Jan Hammenecker) arrive et que nous le voyons avec Odette s’enfiler de nombreux coups d’apéro, alors le vide s’installe!
Et rien alors ne se dit vraiment sur le plan gestuel, et encore moins oral. Dommage… Christian Hecq et Valérie Lesort savent utiliser un espace aussi loufoque avec une rare efficacité et se servir au mieux des trucages… Mais ici, ils maîtrisent nettement moins le temps. Cette
Mouche bien commencée s’essouffle-la dernière partie est longuette-et se termine, plutôt qu’elle ne finit. Et les spectateurs? La plupart a généreusement applaudi, d’autres beaucoup moins, et il n’y avait guère de jeunes dans cette salle, pourtant très pleine… Bref, ce n’est sans doute pas la meilleure pièce de ces créateurs hors pair. Mais n’hésitez pas, si vous voulez rire, c’est au moins garanti pendant quarante-cinq minutes; pour le reste, mieux vaut oublier. De toute façon, cette mise en scène sera conservée telle quelle-les places ne sont pas données: 36 € à 26 € au parterre, sinon sur les côtés aux balcons mais qu’y voit-on?-Donc  à vous de choisir, si vous avez envie d’y aller, ou pas…

Philippe du Vignal

Jusqu’au 25 février, Théâtre des Bouffes du Nord,  37 bis boulevard de la Chapelle, Paris ( X ème). T. : 01 46 07 34 50 .

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...