Hollie England, qui êtes vous ?

Hollie England, qui êtes vous ?

 Elle a grandi en Angleterre en voyant Paul Daniels, Tommy Cooper et The Masked Magician à la télévision. Ses parents ont gardé son jeu de cartes fourni avec le Wizbit Instant Magic Book quand elle était enfant et voulait secrètement être Debbie Mc Gee, la femme de Paul Daniels, parce que comme elle, elle était danseuse.
« La magie est la chose qui revient sans cesse dans ma vie. C’est comme si l’univers me poussait doucement à devenir magicienne depuis que je suis enfant, alors que tout ce que je voulais, était être danseuse dans le West-End. Peut-être pour cela, ais-je atteint cet objectif très tôt. Puis j’ai été obligée de trouver un nouvel objectif! J’ai toujours aimé être assistante puis danseuse, depuis la tournée avec Hans Klok en 2008. Et j’étais associée à la direction des tournées des Illusionists et Illusionarium.

On lui avait demandé d’être magicienne quand elle était productrice mais, à l’époque, elle avait l’impression de n’avoir rien à faire aux côtés de ces géants qu’elle admirait beaucoup. Mais cela a suscité en elle l’envie de relever le défi et quand ils lui ont suggéré de devenir comme eux, elle a commencé à les prendre au sérieux, même si elle a travaillé seulement des années plus tard
« J’avais des blessures récurrentes quand je dansais mais j’avais toujours très envie de me produire sur scène. Tout dans la magie me semblait parfait: j’avais déjà un groupe d’amis et collègues magiciens, producteurs et réalisateurs. Et je me sentais donc la mieux préparée et la plus riche en ressources. Quand j’ai diffusé des clips de moi faisant des tours, les réactions positives ont été unanimes.

Elle était entourée de créatifs: Simon Painter, Neil Dorward, Siobhan Ginty, Jenn Rapp, Jamie Allan, Dan Sperry, etc. et cela a définitivement placé la barre très haut et lui a appris le plus sur ce qui fait un numéro et un spectacle à succès. «Après tout, c’est du show-business et être un bon artiste ne représente qu’un petit pourcentage du travail ! J’ai rencontré beaucoup de ces gens grâce à The Illusionists.
Quand j’ai acheté ma première paire de pointes, j’ai eu des ampoules, et mes ongles de pied sont devenus noirs et meurtris à force de tomber. Mais le thème de la souffrance pour l’art est resté. Ce qui ne m’a pas tué m’a rendu plus forte. J’ai reçu sur le visage la flèche d’un arc . Un peu plus bas et j’aurais perdu mon œil ! Et j »ai failli me noyer dans un réservoir d’eau après m’être esquinté la peau sur un avant-bras et un hanche.
J’ai aussi été suspendue à neuf mètres au-dessus de la scène sur une moto mais une  sangle de sécurité a lâché et j’ai failli tomber ! À chaque fois, j’ai recommencé le numéro. J’ai une théorie: si je ne me force pas à remonter à cheval, j’aurai toujours peur. Surmonter la peur, c’est comme cela qu’on grandit Mais je n’ai refait ce numéro qu’une fois les mesures de sécurité améliorées et quand il était pratiquement impossible que le même incident se reproduise.

 

© Radiant inc

© Radiant inc

Cela m’a aidé quand je suis devenue magicienne, si les choses tournaient mal ou ne se passaient pas tout à fait comme prévu, je devais trouver les moyens pour que cela ne se reproduise plus jamais. Même si mélanger des morceaux de papier n’a pas tout à fait la même conséquence que le résultat désastreux d’une flèche qui a raté sa cible. Apprendre à anticiper est une compétence précieuse et il est utile d’avoir une équipe solide qui vous soutient toujours, qui peut voir que quelque chose ne va pas et peut vous aider.
Je me souviens avoir sauvé un magicien comique dans le West End : ill avait oublié de fixer son accessoire. J’ai couru jusqu’à sa loge, ai rassemblé tout le matériel et prié un danseur d’apporter les pièces manquantes !

Elle a rejoint les Champions of Magic mais sans beaucoup d’expérience avec quatre interprètes qui avaient perfectionné leur numéro, au fil des années. En devenant magicienne, elle a eu l’impression de rattraper son retard et était donc très motivée pour essayer des choses, voir ce qui fonctionnait ou pas, et rendre ses numéros meilleurs, aussi vite que possible. Elle voulait juste être bonne, plus que tout au monde.
«A chaque répétition, dit-elle, mes numéros se rapprochent de plus en plus de moi, cela rend le jeu amusant et le public peut se connecter s’identifier davantage.Mon approche: rechercher l’art. On m’a dit que cela me différencie de nombre d’autres. L’esthétique et l’idée m’attirent , plutôt qu’un nouveau truc qui les passionne, eux… Je n’ai toujours pas assisté à une Convention…J’essaie de rester inspirée en voyant des spectacles et des films, en regardant d’autres artistes, et en écoutant les stations Pandora qui me font découvrir de nouvelles musiques. J’essaie toujours des répliques ici et là, quand j’ai une idée de quelque chose de drôle.  Je regarde aussi plus de stand-up! »

Holly England a toujours eu le désir de créer et parfois cela finit par être une routine complètement nouvelle, grâce à la gestion des défis liés aux lieux. Quand certains théâtres n’autorisaient pas le feu, elle a trouvé un moyen de créer un effet similaire, mais en utilisant de l’eau. Ces versions sont fabriquées sur mesure et absolument uniques, à son image.
« Si vous savez déjà qui vous êtes comme artiste, quelle est votre esthétique et votre personnage, vous pouvez vous approprier n’importe quel effet. Mes routines Hook et Copy Cat sont nées quand je regardais Kent Axell les interpréter à Las Vegas et ce sont mes préférées. J’ai adoré la façon dont il fait du public, une star. Il m’a dit que je devrais faire ses routines car il savait que je me les approprierais.
Je les ai donc stylisées avec mon personnage et mes thèmes préférés de l’époque et l’idée d’une sorcière « basique ». Cela correspond toujours à mon personnage sombre, étrange et insolite.
De nombreux moments, rythmes et blagues ont été inspirés par des conversations avec Kent, Bizzaro et Greg Dow autour d’un repas ou dans les coulisses de Late Night Magic, que nous jouons actuellement à l’hôtel-casino The Orleans à Las Vegas). Je crois fermement à la collaboration et au mentorat, mais on ne se doit pas se sentir obligé de suivre tous les conseils des autres. Il faut prendre que ce qui résonne en vous, et le faire vôtre. En ce moment, je pense à un effet visuel qui serait vraiment bien, mais je n’ai pas encore de méthode. Alors, je demande à Bizzaro comment je peux y arriver : c’est un homme de méthode. Kent a toujours de petites pépites pour m’aider avec ma technique, élever mes idées ou les inspirer et Greg sait poser les bonnes questions, me faire garder mon caractère et être fidèle à moi-même. L’avantage à Vegas, quand on participe à des spectacles collectifs de magie, on est toujours entouré des meilleurs cerveaux, ressources et réseaux ! »

Dai Vernon lui a dit un jour de choisir un tour et d’apprendre à le faire mieux que quiconque. Selon elle, les plus inspirants, sont à la fois créatifs et originaux. « Le Français Enzo Weyne est un véritable ingénieur des illusions scéniques et j’aime que ses spectacles finissent toujours de façon inattendue. Jeff Hobson et Dan Sperry sont exceptionnels quand ils peaufinent leurs personnages de comédie et leur image de marque.
Le Britannique Jamie Allan,, lui, sait très bien faire fusionner magie et technologie, en utilisant iPad, faisceaux laser et médias sociaux. Le Coréen Yu Hojin est l’incarnation de la classe et de l’élégance et un maître en manipulation.: j’ai été fasciné par ses numéros que j’ai vus une centaine de fois en direct et

J’ai eu la chance d’avoir côtoyé certains des plus grands et depuis que j’ai voulu devenir magicienne, j’ai reçu le respect, le mentorat, l’amitié, l’aide, le matériel et les idées des talentueux Kevin James, Luis De Matos, Jason Michaels, Brett Daniels, Dan Sperry et le champion du monde F.I.S.M. Et Yu Hojin.
J’aimerais penser que je suis une espèce rare de folle, accro au spectacle et avide d’apprendre et créer. Quel rêve rare devenu réalité de pouvoir échanger, travailler et passer du temps avec autant de magiciens qui m’inspirent et m’aident dans mes créations. »

 

Son mantra personnel est cette phrase d’Elsie De Wolfe : « e vais rendre tout, beau autour de moi. Ce sera ma vie. » « Nous essayons, dit-elle, de convaincre le public que les miracles existent. Quoi de plus beau ? Pour moi, l’esthétique et la magie visuelle sont les plus engageantes. Je veux faire en sorte que des choses impossibles se produisent sous les yeux des spectateurs ! Associez-y une émotion, de l’humour, de l’empathie, un choc et vous avez maintenant quelque chose dont ils se souviendront. J’aime faire des tours, entourée par le public.. Espérons que cette expérience émotionnelle persiste longtemps après leur retour chez eux .»

Beaucoup de thèmes ou d’images qu’Holly England utilise dans ses numéros sont très populaires, ou du moins connus. Comme Alice au Pays des Merveilles d’American McGee, Wednesday Addams, Hot Topic… « Le public se connecte à des choses auxquelles on peut s’identifier, qu’il s’agisse d’esthétique, d’humour et de charme. En tout cas, ils partagent une vision de la vie ou une expérience. Et Rico De La Vega m’a dit le premier sans doute qu’un artiste devait toujours toucher, bouger, divertir et inspirer. Les plus performants sont de grands conteurs et/ou des personnalités motivantes.

A un magicien débutant, elle dit simplement : «Peu importe le nombre de spectacles et affiches ou combien d’argent on gagne, il faut juste être créatif, à la fois bizarre et soi-même. Et essayer de faire des choses qu’aucun autre ne fait. Comme Marilyn Manson l’a dit un jour : « La clé est de changer ce qui est populaire. Et, plutôt que vous soumettre au courant dominant, vous devez le devenir, puis le surmonter. » Lisez des livres, apprenez des tours, pratiquez ceux que vous aimez et soyez bons. Mais déterminez aussi le magicien/personnage que vous voulez devenir. Définissez son costume, comment il bouge, parle, etc. Et utilisez cela pour vous approprier chaque routine. Le public se connectera avec vous mais ne soyez donc surtout pas comme les autres. »

Hollie England n’est pas une fan de la magie retransmise sur écran, une mode actuelle. Pour elle, son art doit être vécu en direct et il y a eu une résurgence avec les films Now You See Me, Harry Potter et des artistes célèbres comme Dynamo…Elle aime aussi que le monde puisse voir Shin Lim et Yu Hojin, etc. via l’émission America’s Got Talent. Et elle tient à créer des effets uniques, donc pas comme dans la magie actuelle.
« On me demande sans cesse quand j’aurai mon spectacle personnel, mais je ne sais pas si je veux en faire un… Sans doute parce que je suis toujours entourée d’hommes mais je suis en train de créer celui que je veux produire et souhaiter voir exister… Simon Painter me dit, à chaque fois que je dois être productrice, que j’ai certainement eu la chance d’être entourée des meilleures personnes susceptibles de m’aider à créer. »

Elle a étudié le théâtre musical (danse, chant et théâtre) à l’université et a aussi joué dans des comédies musicales au Royaume-Uni, aux États-Unis et à Dubaï. Hollie England suit toujours des cours de danse théâtrale chaque semaine si possible. Elle avait obtenu un baccalauréat en art et a toujours aimé peindre pour s’amuser et maintenant, elle conçoit des créations (voir hehexclubstore.com. ). Tout ce qu’elle a appris comme danseuse, chanteuse, actrice, réalisatrice, productrice, artiste, et même assistante de bureau, dit-elle, a fait d’elle une meilleure interprète.

Sébastien Bazou

Interview réalisée le 10 mars à Dijon (Côte-d’Or)

https://www.hollieengland.com/

 

 


Pas encore de commentaires to “Hollie England, qui êtes vous ?”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...