Molly S. d’après Molly Sweeny de Brian Friel, mise en scène de Julie Brochen

Copyright : Franck Beloncle

Copyright : Franck Beloncle

 

Molly S. d’après Molly Sweeny de Brian Friel, traduction d’Alain Delahaye, mise en scène et adaptation de Julie Brochen

 Que perçoivent les « non-voyants », que nous ne voyons pas ?  Quelles sensations perdent-ils en recouvrant la vue ? Le cas Molly S.  renvoie à cette question.  « Apprendre à voir, ce n’est pas comme apprendre une nouvelle langue. C’est comme apprendre le langage pour la première fois . » Cette phrase de Denis Diderot résume l’approche de Brian Friel. Le dramaturge irlandais tisse un récit à trois voix, pour raconter la triste histoire d’une jeune aveugle, qui, poussée par son mari, se fait opérer. Opération techniquement réussie, mais le cerveau ne suit pas et Molly perd sa propre “vision“ du monde et sa raison de vivre.

 Julie Brochen, qui interprète le rôle titre, s’est entourée de deux chanteurs d’opéra et d’un pianiste pour retranscrire les monologues enchâssés de Brian Friel en une pièce chorale : « Le choix de reprendre et de développer toutes les occurrences musicales du texte original s’est imposé à nous », dit-elle. Elle privilégie ainsi l’ouïe pour nous renvoyer au monde sonore et tactile de l’héroïne dans la pénombre du plateau. Olivier Dumait (ténor) joue le docteur Rice, célèbre ophtamologue qui rumine son échec à Ballybeg, au cœur de l’Eire. Et Ronan Nédélec (bariton) Frank, son mari, aussi persuasif que le médecin est hésitant avant l’opération, exprime sa déconvenue avec autant de véhémence qu’il se berçait d’espoir. 

 Dans une lumière noire, qui renvoie à la «vision aveugle» de Molly, un décor de pub irlandais : verres et bouteilles, autour d’un piano droit… On s’attendrait à des chansons à boire mais Nicola Takov interprète des airs de Benjamin Britten, Thomas Moore ou Ralph Vaugham Williams sur les textes (en anglais) de William Shakespeare, John Fletcher ou Robert Louis Stevenson. Ces beaux lieds baroques ou romantiques donnent une tonalité particulière à chaque moment du récit. Molly se rappelle le jardin de son père et nous décrit les fleurs de son enfance, qu’elle reconnaît au toucher, à l’odeur ; le chuchotis d’un ruisseau imperceptible pour les autres… toutes sensations qu’elle a perdues après l’opération. La main de Frank, dont elle percevait l’ombre, elle ne la sent plus devant son visage… Mais à présent : «Le monde du toucher s’est retiré. »  La belle complainte de John Stevenson  Oft in the stilly Night (Souvent dans la nuit calme), interprétée dans les aigus par Olivier Dumait sur la musique de Thomas Moore, nous émeut et le nostalgique What shall I do to show how much I love her de Henri Purcell, sur un texte de Thomas Betterton, exprime le chagrin de Frank : (Comment faire pour lui montrer combien je l’aime) . 

Brian Friel s’est inspiré d’un article du fameux neurologue britannique Oliver Sacks : Voir ou ne pas voir, publié dans le New Yorker en 1993 où il évoquait le cas de Virgil, un homme de cinquante-cinq ans. Mais, avec le talent qu’on lui sait, le dramaturge, en féminisant le personnage, entre dans les interactions complexes de ses protagonistes et le monde sensible de Molly. L’adaptation de Julie Brochen nous plonge avec délicatesse dans cet univers en demi-teinte, où Molly, prise entre deux mondes, finit pas ne plus appartenir à aucun. Une expérience sonore et visuelle troublante pour le spectateur. 

 Mireille Davidovici

Jusqu’au 30 novembre, Théâtre Déjazet, 41 boulevard du Temple Paris (III ème). T. 01 48 87 52 57

 

 


Archive de l'auteur

Danse élargie / Programme 1

 danse_elargie

 

 

Danse élargie / Programme 1

Emmanuel Demarcy-Motta, directeur du Théâtre de la Ville et Boris Charmatz, directeur du Musée de la Danse (Centre Chorégraphique National de Rennes), lançaient en 2009, avec le soutien de la fondation d’entreprise Hermès, le premier concours Danse élargie, à rebours de la désaffection pour ce genre de compétition. Mais longtemps après le mythique concours de Bagnolet qui fit les beaux jours de la danse contemporaine dans les années 80-90, il n’y avait plus guère de tremplin pour les jeunes chorégraphes….

L’initiative Danse élargie a en tout cas vite porté ses fruits, dès la première édition en 2010, et a réussi à changer l’idée qu’on se fait d’un concours chorégraphique, en offrant une possibilité d’expression à des formes très diverses et en devenant un programme récurrent exposé aux regards du public l’année suivante. La toute dernière génération, révélée par le concours de juin 2018, ouvre ainsi en beauté la saison Danse, au Théâtre des Abbesses à Paris avec un programme en trois temps.

 Programme 1 : sept propositions finalistes des dernières éditions avec des pièces, courtes forcément, d’artistes français, belges et britanniques. Un panorama très éclectique où le hip-hop a la part belle avec Saïdo Lehlouh (Apaches) et Ousmane Sy (Queen blood). Mais on aurait tort de mettre la même étiquette à ces deux approches, radicalement différentes. Là où le premier met en avant un b-boying fluide et poétique, le second s’appuie sur les rythmes de la house-music d’Afrique du Sud pour architecturer son groupe de filles.

Les cinq autres pièces, fruit d’expériences et de recherches très diverses, explorent le corps dans tous ses états. Dans la très impressionnante Sirènes d’Emmanuel Tussore, on voit en vidéo disparaître, dans les rouleaux de l’Atlantique, les corps d’aspirants à l’exil.  De l’autre côté de l’Océan, Elsa Chêne avec Mur/Mer installe sur une plage une douzaine de corps alanguis, dans toutes les postures de la détente : y-a-t-il une menace latente de voir arriver à leurs pieds, les corps de ces naufragés ?

Tout aussi politique, l’approche de Family honour, inspirée d’une scène familiale chez des migrants en Europe. Plus plastique et mystérieuse, la géométrie dans l’espace des bustes dénudés de quatre femmes vues de dos, sculptées par la lumière dans Plubel de Clémentine Vanlerberghe et Fabritia d’Intino…

Enfin Pietro Marullo, avec Wreck-list of extinct species,  fait voler au ras du plateau un vaste coussin de plastique noir, mi-méduse, mi-nuage menaçant, qui avale les corps humains jusqu’au combat final. Une pièce qui semble un peu fabriquée mais toutes les autres propositions émanent d’artistes (dont certains sont déjà associés à des structures ou festivals prestigieux) dans la fraîcheur de leurs recherches.

 On retrouvera la semaine prochaine dans Programme 2, Maud Blandel et Simon Tanguy, révélés par ce concours et qui se partageront le plateau des Abbesses. Elle, finaliste de l’édition 2016, relie son univers chorégraphique aux traditions de danse rituelle en Italie du Sud, en particulier la tarentelle, qu’elle explore avec quatre interprètes dans Lignes de conduite. Et lui -lauréat en 2010- présentera une nouvelle création Fin et suite, une expérience unique de danse, un instant magique : «dernière mise à nu pour explorer ce qui reste d’humain ».

 Enfin Programme 3 sera centré sur le seul Mithkal Alzghair, d’origine syrienne et formé à Damas ;  lauréat du concours 2016, le chorégraphe connaît, depuis ce succès, un vif intérêt sur les scènes européennes. Sa toute dernière création We are not going back est un coup de projecteur sur le sort des migrants auxquels il entend donner un langage corporel lié à la fuite, à la résistance, au déplacement. Toujours dans l’ambiguïté, la violence et la poésie…

 Avec ce vaste brassage de formes, intentions, univers et talents, se dessine un possible futur paysage de la danse, au croisement de tous les langages. Danse élargie va étendre son réseau au Sadlers’Wells de Londres les 11 et 12 octobre prochains et, lors de la prochaine édition du concours en 2020, seront sans doute révélées d’autres  passionnantes personnalités.

 Marie-Agnès Sevestre

 

Danse élargie (programme I, suite) :

 Apaches, avec cent jeunes amateurs, dimanche 22 septembre à 15 h.

La Canopée-Forum des Halles. 

Programme 2 :

Lignes de conduite/Fin et suite de Maud Blandel et Sylvain Tanguy, les 18 et 19 septembre à 20 h.

 Programme 3 :

We are not going back de Mithkal Alzghairles 24 et 25 septembre à 20 h.

Théâtre des Abbesses, 31 rue des Abbesses, Paris (XVIII ème).

Prochain appel à projet pour le concours Danse Elargie 2.020 ouvert aux artistes de toutes disciplines: danse, théâtre arts visuels, musique, philosophie, poésie… : voir le  site du Théâtre de La Ville; inscription en ligne jusqu’au 15 décembre.

 

 

Macbeth philosophe, texte de William Shakespeare, traduction et adaptation et mise en scène d’Olivier Py

Festival d’Avignon

 

Macbeth philosophe d’après William Shakespeare, traduction et adaptation et mise en scène d’Olivier Py

 

© Christophe Raynaud de Lage

© Christophe Raynaud de Lage

Le Festival d’Avignon développe un partenariat avec le Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet et depuis cinq ans un atelier de création dirigé par Olivier Py, avec Enzo Verdet. L’an dernier, avec Antigone, ils ont pu jouer hors les murs de la prison (voir Le Théâtre du Blog).
Sur cinq ans, une soixantaine de détenus en longue peine auront suivi cet atelier. Cette  fois, les participants ont choisi de retourner à Shakespeare et Olivier Py leur a écrit une adaptation sur mesure, en réduisant le texte à l’essentiel : « Dans Macbeth, dit-il, il y a beaucoup de scènes décoratives dont on se passe aisément pour entrer dans le cœur du drame, dans l’intériorité et la mystique du crime. » Il choisi une métrique rythmée, et privilégié le dodécasyllabe qui donne du nerf et de la rapidité à la langue. Sa traduction, d’une poésie rêche, regorge d’images concrètes, fidèles à l’original anglais, et dont s’emparent facilement les huit acteurs : «Mon action n’est pas sociale, elle est une recherche artistique, précise le metteur en scène. Avec ces acteurs, je tente une esthétique du jeu où la parole est vitale, où les sentiments sont exacerbés. Tout est joué à pleine voix. »

Pour le dramaturge : « Au théâtre les mots deviennent des actes » Christian, Mohamed, Mourad, Olivier, Philippe, Redwane, Samir et Youssef, pris dans la dynamique des mots – se lancent le texte d’un côté à l’autre de la salle dans un dispositif bi-frontral, avec un praticable au centre et un praticable de part et d’autre. Aucun temps mort: dès la prophétie des Sorcières, présentées comme des fantômes, les crimes se décident et se commettent : « Ce qui est fait est fait (…) Qu’est-il de plus puissant au monde que le destin. »

Pris dans l’engrenage, Macbeth semble ne plus s’appartenir, jouet d’un destin qui le pousse à tuer pour conquérir le pouvoir. Tout va très vite, mais au milieu de la machine infernale qu’il déclenche, il s’interroge. « Ce qui m’a frappé dans le texte original, dit Olivier Py, c’est à quel point Macbeth est philosophe et poète. » Il a voulu privilégier cet aspect de la pièce, comme son titre l’indique. Mais on a parfois du mal à suivre les péripéties du drame, tant Macbeth, se plait à commenter son sort:  «Le loup a remplacé le cri de nos horloges/La terre est immobile sourde à mon passage/ Et mon destin en marche laisse les pierres muettes. (…) La vie est un trésor que j’ai donné au Diable.»

 Dans la pièce, le temps est sorti de ses gonds, le monde se brouille : « Viens nuit aux yeux crevés/déchire le grand lien qui unit toute chose/les monstres de la nuit vont dévorer leur proie/ le mal conduit le mal rien ne peut l’arrêter. » Lady Macbeth devient ici un double du héros : son âme damnée, puis sa conscience démente dans la fameuse scène où elle lave ses mains sanglantes  : « Mes mains pleines de sang, elles me crèvent les yeux/L’océan ne peut laver ces mains tachées de sang/C’est le sang qui rougirait la mer. »

Les crimes de Macbeth ont bouleversé l’ordre naturel des choses : « Dans la nuit de la nuit il n’y a que le mal (…) C’est la fin de l’histoire et de l’humanité » Les victimes de Macbeth puis les rebelles conduits par Mac Duff paraissent dans cette adaptation, des faire-valoir, des spectres de sa peur. Ici point de forêt en marche non plus, mais des mots pour le dire. Et enfin, le triomphe de Malcolm, légitime héritier au trône, couronné par Mac Duff : «Voici un jour nouveau pour la liberté ! », s’exclame ce dernier. Ces mots résonnent de manière singulière, dits par ces hommes sortis pour quelques jours de leur cellule. «Le théâtre pour nous, c’est une façon d’occuper la détention, de s’évader par les mots », confie l’un d’eux, à l’issue de la représentation.

 On retiendra de ce spectacle la force de l’interprétation, qui donne toute sa mesure à la traduction imagée et à la mise en scène tonique d’Olivier Py. William Shakespeare, dramaturge inépuisable, parle encore à chacun d’entre nous et surtout quand il est porté par ces personnes privées de liberté. Ce Macbeth philosophe nous ouvre aussi les yeux sur la situation carcérale :  » Dans les prisons d’arrêt, la surpopulation a fini par rendre les conditions de détention inhumaines. Il y a quelque 70. 000 détenus en France et c’est le record de notre histoire », souligne le directeur du Festival. Pour certains d’entre eux, le théâtre est un moyen d’évasion.

 Mireille Davidovici

Spectacle joué à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, du 16 au 19 juillet.

 

« Sans diffusion des spectacles, pas de culture pour tous ! », Pétition du SNES. Festival d’Avignon 2019

 og_off19

Festival d’Avignon

Sans diffusion des spectacles, pas de culture pour tous ! une pétition du S.N.E.S.

 Avignon: un des plus importants rendez-vous internationaux de théâtre et un vaste paysage artistique qui, dans le in et le off, accueille aussi bien des créations que des spectacles en tournée, et reste incontournable pour les artistes comme pour le public… Investir la scène et prendre la parole, en liberté, est un des visages essentiels de ce moment exceptionnel.

Cette année encore, grand succès et qualité du programme du off, sans cesse grandissants. Il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Les compagnies, producteurs et diffuseurs, trouvent ici une belle opportunité de lancement pour les spectacles. Cette manifestation, populaire, poétique et festive (pour combien de temps encore?) propose aussi : tables rondes, séminaires, conférences de presse etc…. In et Off confondus.

L’événement de renommée mondiale offre un espace ouvert pour agir et il doit le rester.  Établir un état des lieux de la profession, entendre ses désirs, inquiétudes, et revendications dont certaines urgentes, contribuent à la vivacité du festival et à sa dimension éthique et politique . Par exemple et entre autre, l’acte notable  de soutenir davantage les Scènes Nationales qui emploient 2.000 permanents par an et 6.000 tout type de contrats inclus, et qui sont fragilisées comme d’autres maisons plus modestes à vocation culturelle. Et cela depuis une dizaine d’années… L’État comme les Collectivités sont en effet soumis à une pression budgétaire. Qui en pâtit en première ligne ? l’artistique !

Parmi les demandes et propositions d’actions politiques et économiques, l’une d’entre elles, vitale, à l’initiative du  S.N.E.S. (Syndicat national des entrepreneurs de spectacles) et de ses adhérents. Bien présent à Avignon, avec quelque 188 spectacles dans cinquante-cinq théâtres, il n’a pas baissé les bras, face à une situation préoccupante !

Le  S.N.E.S., «afin d’améliorer la circulation des spectacles sur tous les territoires » demande au Gouvernement et au Ministre de la Culture, Franck Riester, la mise en place d’une aide à l’emploi, pour les spectacles en diffusion nationale et internationale dans le cadre du F.O.N.P.E.P.S. ( Fonds national pour l’emploi pérenne dans le spectacle).

Revendication pour la Culture dans la France urbaine et rurale agricole, et  une ouverture possible à l’International. Ce n’est pas rien. Et ce serait de mauvaise foi que de ne pas reconnaître la circulation des spectacles comme un Devoir. Il en va de la vie et de la rentabilité d’une création comme et de sa rencontre avec les publics les plus divers. Il en va d’un geste obligé  pour une culture exigeante et non de divertissement mercantile. Mais les artistes et directeurs de lieux, diffuseurs, producteurs sont de plus en plus à court de moyens pour se permettre d’envisager dignement des tournées en France et à l’étranger. Situation plus qu’embarrassante, et souvent, et de plus en plus,  à cause du manque d’argent public. En effet, l’œuvre une fois créée et représentée, sans lendemain possible et avec un déficit financier, se recroqueville dans sa coquille. Résignée, la compagnie signe avant l’heure, la fin de l’existence de son spectacle. Comme revendiquée dans la pétition, l’aide à l’emploi reste indispensable pour l’essor de la création artistique, comme pour le maintien primordial du lien étroit et précieux entre Éducation et Art. En ces périodes de tensions sociales et politiques, il est temps enfin de cesser de baisser les yeux et de préserver ces places de vie.

Le S.N.E.S. a fait en ce festival 2019, un geste civique fort pour rendre possible et dignement, l’existence d’un art on ne peut plus sensible aux bruissements du monde. Sans tournée, point de diffusion ! À travers ce constat, se pose une question majeure, pour le théâtre en général et l’accomplissement politique et éthique d’«une culture populaire et pour tous ». Impératif exigé par Jean Vilar, gravé à jamais dans les mémoires de tous les  passionnés d’art vivant et dans le respect du festival d’Avignon ! Cette année, comme un fait exprès, les saltimbanques dans les rues et les places se faisaient  plus rares…

Elisabeth Naud

https://www.change.org/p/m-franck-riester-ministre-de-la-culture-sans-diffusion-des-spectacles-pas-de-culture-pour-tous

Granma. Les Trombones de La Havane mise en scène de Stefan Kaegi

© Christophe Raynaud de Lage

© Christophe Raynaud de Lage

Festival d’Avigon

Granma. Les Trombones de La Havane mise en scène de Stefan Kaegi, (en espagnol, surtitré en français et en anglais)

Membre fondateur de Rimini Protokoll, un collectif berlinois né en 2000, le metteur en scène suisse invente, avec des “non acteurs“ qu’il nomme « les experts du quotidien », un théâtre documentaire qui interroge le réel en interaction avec le public. Nous avions été impressionnés par la magnifique et sombre approche de la mort de son Nachlass (voir Le Théâtre du Blog). Ici, le sujet est plus vivant : la révolution cubaine vue par les petits-enfants de ceux qui l’ont faite. Milagro Álvarez-Leliebre, Daniel Cruces-Pérez, Christian Paneque-Moreda, Diana Sainz-Mena vivent à La Havane et nous racontent cette épopée à l’aune des récits de leurs parents et grands-parents, à l’aide de documents, vidéos et photos personnels. En contrepoint, des images d’actualité  sont projetées sur le mur du cloître des Carmes: prise d’otage du coureur automobile Fangio par les rebelles ; crise de la Baie des Cochons ou fuite des Cubains en Floride… « Cette collusion entre fiction et réel est importante pour moi qui viens du journalisme, précise Stefan Kaegi. Mon travail explore des situations particulières dans un dispositif fictionnel plus immédiat.» Pour ce projet, Rimini Protokoll a choisi quatre récits de jeunes gens, parmi soixante personnes auditionnées à La Havane.

Ces témoins actifs interviennent individuellement et leurs paroles croisées constituent une fresque contrastée, pleine de bonne humeur et d’humour. Ensemble, ils forment aussi un quartet musical qui ponctue le spectacle. Diana, trente ans, petite fille d’un célèbre chanteur cubain a enseigné le trombone à ses partenaires en suivant le modèle des micro-brigades : une personne transmet son savoir-faire aux autres. Ce qui, à Cuba, a permis aux gens de construire leurs immeubles collectifs. Le compositeur Ari Benjamin Meyers a conçu pour le spectacle une partition s’inspirant des airs militaires et patriotiques cubains. Dans cette ambiance festive, les protagonistes nous font part de leur vécu à partir les souvenirs de leurs parents et grands-parents, suivant la chronologie des événements : des prémices de la Révolution à aujourd’hui. Et ils concluent par leurs propres points de vue sur le présent et le futur de l’île…

Christian, vingt-quatre ans, présente son grand-père qui s’est illustré dans l’armée lors de l’invasion de la Baie des Cochons et des soulèvements anti-coloniaux en Angola. Convoqué dans une vidéo, l’ex-militaire nous donne son opinion, mitigée, mais reste fidèle à ses idéaux. Nous montrant les médailles de son aïeul, Christian estime la récompense bien mince… Daniel, trente-deux ans, a grandi avec son grand-père, Faustino Pérez, organisateur du transport d’un commando de révolutionnaires du Mexique à Cuba, à bord du navire Granma, puis Ministre de la récupération des biens. Proche du penseur José Martí, il a été déçu par les orientations prises par Fidel Castro et s’est éloigné de la politique. Milagro, vingt-cinq ans, diplômée en histoire, descend d’une famille d’esclaves jamaïcains et vit dans la maison de sa grand-mère qui tombe en ruines. La réplique du sol de leur appartement tapisse le plateau du théâtre. Malgré les difficultés que le pays a traversées, elle défend les acquis de la révolution cubaine, comme l’éducation gratuite qui lui a permis d’entrer à l’université.

Ce spectacle dynamique et intelligent, promis à une belle carrière, dresse un bilan nuancé de ces événements qui ont fortement interrogé la jeunesse mondiale dans les années soixante et soixante-dix et continuent à poser la question d’un possible socialisme, à l’heure où les gauches s’effondrent. «Dans Granma. Les Trombones de La Havane, ce sont autant la révolution cubaine que les espoirs qu’elle a nourris en Europe qui m’intéressent, dit le metteur en scène. » C’est pourquoi il montre des images de mai 1968 à Paris, de l’invasion des chars russes à Prague la même année, et de la chute du mur de Berlin en 1989. « Cette pièce, dit-il, regarde la façon dont les Cubains s’emparent aujourd’hui des idéaux d’une révolution vieille de soixante ans pour construire le monde de demain. Qu’avons-nous à en apprendre? C’est aux spectateurs de répondre! » Mais peut-on encore rêver ? se demande-t-on à l’issue de la représentation.

Mireille Davidovici

Spectacle joué au Cloître de Carmes, du 18 au 23 juillet, Avignon

Le 22 août,Theaterspektakel, Zurich (Suisse).
Le 13 septembre, Festival de La Bâtie, Genève (Suisse), le 21 septembre, Teatro Metastasio, Prato et le 29 septembre, Lugano InScena, Lugano (Italie).
Les 3 et 4 octobre, Maxim Gorki Theater, Berlin (Allemagne) ; les 9 et 10 octobre, Vitoria International Theatre Festival, Vitoria-Gasteiz ( Espagne).
Du 11 au 23 novembre, Münchner Kammerspiel, Munich (Allemagne); les 29 et 30 novembre, Hellerau, Dresde (Allemagne.
Du 4 au 8 décembre, Théâtre de la Commune, Auberviliers (Seine-Saint-Denis)/ Festival d’Automne de Paris ; du 19 au 21 décembre, Onassis Cultural Centre, Athènes (Grèce)  et les 27 et 28 décembre Maxim Gorki Theater, Berlin (Allemagne)

 

Humiliés et Offensés d’après Fiodor Dostoïevski, adaptation et mise en scène d’Anne Barbot

Festival d’Avignon

 

Humiliés et Offensés d’après Fiodor Dostoïevski, traduction d’André Markowicz, adaptation et mise en scène d’Anne Barbot

PARCOURS 1 7416 - copie  C’est une mise en scène revue et corrigée, après celle que Philippe du Vignal avait vue cette saison à Fontena-sous-bois et qui ne l’avait pas vraiment convaincu (voir Le Théâtre du Blog). Cette adaptation théâtrale suit la trame de l’œuvre, en la déclinant en quatre Parcours. Deux seulement sont repris ici. C’est donc une autre réalisation.
 
Publié en 1861, le roman est la première œuvre marquante de l’écrivain russe. En partie autobiographique, il relate l’histoire d’Ivan Petrovitch (Vania), romancier solitaire et plein de promesses : il aime désespérément Natacha, laquelle aime Aliocha, fils du prince Valkovski. Mais le Prince, homme d’affaires sans scrupule veut marier son héritier à Katia qui représente une dot de trois millions.

 Dans le Parcours 1 intitulé Nous aurions pu être heureux pour toujours ensemble, Natacha quitte son fiancé Ivan et abandonne père et mère pour vivre avec Aliocha dont le père est en procès avec le sien. Mais Aliocha la délaisse sans explication et sans ressources.Mais Ivan la console et joue les médiateurs entre les amants. En insert, intervient en miroir le récit d’Elena, une orpheline dont la mère a elle aussi tout quitté et est morte dans la misère après avoir été dépouillée de son argent et abandonnée par son séducteur . Parcours 3 : Nous existeront tant que le monde existera rassemble Ivan et le prince, dans une longue confrontation, puis Aliocha, qui oppose ses idées utopistes à son père. Natacha devient l’objet d’enjeux qui la dépassent…

 Bouleversant la structure narrative, la pièce met en scène quatre personnages humiliés. Chaque Parcours est structuré autour de l’absence d’un personnage dont on a parlé longuement: Aliocha, personnage central pour Natacha n’apparaît qu’en fin de Parcours 3 Nous existerons tant que le monde existera. Son personnage est porteur de grandes idées humanistes annonçant l’aube des Révolutions futures.

Après un prologue un peu laborieux où les acteurs incarnant Natacha et Ivan accueillent le public et bavardent avec lui, le spectacle prend des allures de croisière et l’on s’attache aux personnages et à leur histoire. Cette nouvelle version scénique se focalise sur l’opposition entre les jeunes gens et leurs aspirations, face au monde des adultes bourrés de préjugés et obsédés par des valeurs anciennes, qui aux yeux de leurs enfants n’ont plus cours. La sincérité des uns se heurte à une société malade et racornie…La scénographie soignée et la musique bien dosée mettent en valeur cette lecture actuelle d’Humiliés et Offensés qui nous a convaincus; nous attendons la suite…

 Mireille Davidovici

Théâtre des Lucioles, 10 rue Remparts Saint-Lazare, à 13 h 45 jusqu’au 28 juillet (relâche le mardi). T. 04 90 14 05 51.

Le doux parfum des jours à venir de Lyonel Trouillot, mise en scène de Christine Matos

©matos-marie-laure

©matos-marie-laure

Le doux parfum des jours à venir de Lyonel Trouillot, mise en scène de Christine Matos

6FD6D608-B5E7-43AD-98E2-326978D1D6B0

©matos-marie-laure

En donnant naissance à sa fille, cette femme s’est sentie renaître: « Comme si j’avais eu deux enfants, la première née de moi, Toi, la deuxième, née de toi, Moi .» La metteuse en scène a donc conçu un spectacle à deux voix : une comédienne et une chanteuse se partagent le texte du grand auteur haïtien. Un poème dramatique dense et rythmé, organisé en séquences avec des phrases qui reviennent comme des leitmotivs musicaux. Une écriture pleine de parfums: celui de la honte, et les douces effluves des rêves inventés par la mère pour bercer son enfant ; «cette odeur de fruit pur, de rosée franche ».

Avec une extrême douceur, elle évoque sa vie marquée par la violence : celle des hommes et celle de la Nature. Elle a traversé la guerre, erré dans des paysages dévastés par les cyclones et les sécheresses, dans des cités délabrées aux quartiers sordides. Des bourreaux ont marqué sa chair, du sceau de la honte… Mais le texte ne descend pas jusqu’à ces enfers : il file la métaphore du parfum, pour le meilleur et pour le pire. Le doux parfum des jours à venir que délivrent ces interprètes, s’accompagne des compositions épurées de Laure Donnat. La chanteuse joue de plusieurs instruments et sa voix chaude berce ou se révolte, en créole, espagnol, français… La scénographie: rideaux et drapés de tissu rouge et blanc, évoque le cocon maternel mais quelques objets du vaudou rôdent aussi dans l’ombre, d’une inquiétante étrangeté…

Cette pièce tranche par sa douceur avec les nombreux spectacles qui, à Avignon, traitent des mêmes thèmes. Marie-Audrey Simoneau et Laure Donnat forment un duo délicat et puissant dont les éclats de colère restent en sourdine. Il y a une forme de résilience chez cet écrivain engagé qui a tant et si bien chanté son pays meurtri. Ici, aux violences qu’elle a subies, cette mère oppose une parole d’espoir : «Et tu marcheras seule vers la conquête de ton essence. N’oublie pas, mon amour. Le paradoxe du parfum, c’est qu’il libère ce qu’il capture. Capture la vie et libère-la. » Un message qui nous fait du bien.

Mireille Davidovici

Maison de la Poésie, 6 rue Figuière, Avignon (Vaucluse). T. 04 90 82 90 66, du 17 au 28 juillet à 18 h 45.

Le texte est publié chez Actes Sud et inaugure la collection Essences, les réminiscences olfactives embaument le texte entier.

EF_FEMINITY, un spectacle documentaire de Marcel Schwald et Chris Leuenberger

 

EF_FEMINITY, spectacle documentaire de Marcel Schwald et Chris Leuenberger ( en anglais, allemand, suisse-allemand, tamoul et kannada, surtitré en français)

© Lukas Acton

© Lukas Acton

«Je suis un garçon et une fille, un homme et une femme», dit Chris Leuenberger, acteur dans cette pièce avec Marcel Schwald. Dès l’enfance, ils voulaient être filles. Être transsexuel dans les années 1970-80 en Suisse, relevait du défi. Seul l’art pouvait permettre cette liberté de vie.

Les  metteurs en scène ont aussi rassemblé pour l’occasion plusieurs artistes comme Shilok Mukkati, Diya Naidu, Living Smile Vidya. Ils s’interrogent collectivement sur le sens du mot, «effémination», à travers des récits autobiographiques. «En français comme en anglais et en allemand, il existe le mot effémination, qui veut dire féminiser mais avec une connotation péjorative.  Ici,  nous nous sommes servis de ce mot mais en nous l’appropriant positivement. Pourquoi serait-il de moindre valeur d’aspirer à cette ef_femi(ni)té? Pourquoi ne pas vivre et célébrer cette facette et, par la même occasion, se solidariser avec toutes sortes de féminités qui existent ou existeront dans le futur.»

 Ces questions pourraient faire l’objet d’une thèse ou d’un colloque. Sur scène,  plusieurs histoires personnelles traumatisantes pour cause de la discrimination sociale dont les femmes sont victimes, en particulier en Inde mais aussi en Occident. Nous garderons longtemps en mémoire les cris de douleur de la danseuse féministe Diya Naidu, évoquant les viols qu’elle a subis, la dignité contenue de Living Smile Vidya, actrice transsexuelle, clown et auteure, quand elle nous montre les cicatrices sur son corps : « C’est l’histoire de mes cicatrices, l’histoire de ma survie.»

Nous penserons aussi aux questions de Shilok Mukkati journaliste transsexuelle, sur la féminité de chacun d’entre nous : «Pourquoi le comportement connoté féminin est-il en général moins privilégié que le comportement masculin? » Ces artistes rencontrées en Inde par les metteurs en scène luttent, chacune à sa façon, pour la reconnaissance de leur féminité. Nous découvrons des solos tous empreints d’une grande douleur. La danse n’arrive pas ici à adoucir le propos de cette pièce qui nous concerne tous profondément. Un spectacle indispensable à voir…

Jean Couturier

Hivernales-C.D.C.N.d’Avignon, dans le cadre de la sélection suisse. 18 rue Guillaume Puy, Avignon (Vaucluse). T. : 04 90 82 33 12, jusqu’au 20 juillet à 21 h 15.

 

 

Pour Bobby, mise en scène et scénographie Alain Timar avec Charlotte Adrien.

Pour Bobby, de Serge Valetti, mise en scène et scénographie d’Alain Timar

©-Louise Maignan

©-Louise Maignan

A ce spectacle avec Charlotte Adrien, fait écho  un autre A plein gaz… A ces  monologues,  correspond un troisième  de Serge Valetti Mary’s à minuit, à voir aussi  Avignon

Serge Valetti se réclame d’un théâtre populaire – un public  d’anonymes, de tous ceux qu’on pourrait désigner comme « non remarquables » et l’auteur veut écrire comme on parle dans la vie, sans vouloir bien dire, ou beau dire.

Il avoue préférer les chemins de traverse de l’école buissonnière, entre digressions et parenthèses, apartés chroniques qui tirent le fil d’un imaginaire éloquent qui lui est cher et l’on reste ainsi à l’écoute de ceux qu’on n’entend jamais. Des solos de théâtre pour libérer une parole qui a droit de cité, autant qu’une autre, si humble et si modeste soit-elle, sans la moindre prétention à vouloir être reconnue. Laisser les choses venir naturellement et continuer à écrire et à exister simplement.

Ainsi parle  Charlotte Adrien : «Je peux aussi, si vous voulez, trier les enveloppes… ça, je sais le faire : on regarde l’adresse et puis le numéro, et je classe par numéro… Ou alors les vitres, je nettoie les vitres, j’arrose les plantes, ou alors je reste là sans rien dire ! Qu’est-ce que je peux faire encore ? Plein, plein de choses… Pas chanter, ça non, je sais pas chanter… » Générosité et humilité face à aux spectateurs, installés dans la proximité d’une petite tente de cirque- et en même temps, auto-éloge et autodérision implicite : la jeune femme, en quête d’emploi ou simplement de reconnaissance, se dit   pouvoir faire les gestes répétitifs les plus sommaires et les moins remarquables.

Elle propose aussi de donner la preuve de son engouement pour la course à pied ou même la marche, si on prévoit auparavant « assez de stérilux pour les ampoules ». L’actrice, souriante et disponible, s’adresse au public sans détour et évolue sur sa petite scène comme un poisson dans l’eau, jouant avec la table et la chaise de jardin,  qui lui tiennent lieu de références et de piliers stables de foyer.

A l’écoute d’elle- même dans ce bilan, elle sait aussi comprendre les jugements, les points de vue divers… Un témoignage d’humanité, de tranquillité qui s’oppose à la rage et à la fureur ambiante que subit tout citoyen, tenu sans cesse de devoir prouver ses capacités: valeur concurrentielle et marchande, rivalité absurde avec soi…

Véronique Hotte


Théâtre des Halles, rue du Roi René. T.: 04 32 76 24 51, jusqu’au 28 juillet à 14h, relâche le 23 juillet.

Un homme, d’après une nouvelle de Charles Bukowski, mise en scène de Gaël Leveugle

Festival d’Avignon

 

Un homme, d’après une nouvelle de Charles Bukowski, mise en scène de Gaël Leveugle 

© frederic Toussaint

© frederic Toussaint

Sur la place Belle-Croix à Avignon où se trouve La Caserne, une peinture murale, usée par le temps, figure la Chiesa della Croce, à Senigallia dans la province d’Ancône.

Un homme âgé assis y est aussi dessiné et pourrait être le fantôme de Charles Bukowski.

«Dans cette petite histoire, Constance se pointe chez George, dans sa caravane, avec une bouteille de whisky, dit Gaël Leveugle.  Elle vient de quitter Walter. Elle et lui voient monter leur désir de se retrouver, mais dans le monde tel que le déplie Bukowski, ça n’est pas aussi simple que ça. C’est pas parce qu’on veut qu’on peut. » Avec sa compagnie Ultima Necat, l’artiste, inspiré par la danse butô, donne beaucoup d’importance au langage corporel et envisage la parole comme un mouvement faisant partie d’un tout. Dès la première scène, il assemble musique, danse, acrobatie et texte.

On entend la nouvelle de l’auteur américain d’origine polonaise en voix off, et baigné dans un étroit rayon de lumière, le metteur en scène qui joue aussi dans cette pièce, se trouve traversé par des mouvements rapides et dissociés, comme disloqué par la parole. Charlotte Corman et Julien Defaye le rejoignent, incarnant avec conviction Constance et George. Leurs solitudes se rencontrent: deux destins en chute libre comme le symbolise la leur sur un gros matelas de gymnastique. Le texte va être répété plusieurs fois, soit en « play back » comme une pensée intérieure, soit déclamé par les comédiens. La musique est très présente: soit avec des extraits enregistrés d’une symphonie de Beethoven sur laquelle chante alternativement chacun des artistes, soit jouée en direct par Pascal Battus. A jardin, assis sur une table, le compositeur amplifie le son émis par le frottement de différents matériaux. Le metteur en scène signe aussi la scénographie et nous réserve quelques belles surprises en nous plongeant dans une atmosphère de film : un fauteuil club rouge, l’indispensable table basse avec verres et bouteille de whisky,  le tout éclairé par la lumière de petites ampoules en série tombant des cintres…

 Malheureusement les nombreux temps morts n’ont pas la densité des silences de Paris- Texas de Wim Wenders. Les répétitions de phrases de Bukowski, pas toutes indispensables, rallongent cette pièce qui dure déjà une heure quinze: «Mes jambes, tu les aime toujours? Je n’ai jamais pu les regarder de trop près, elles me brûlent les yeux»…  Par ailleurs, cette adaptation d’Un homme ne manque pas de charme.

 Jean Couturier

La Caserne, 116, rue de la Carreterie, Avignon. T.: 04 90 39 57 63, jusqu’au 22 juillet, à 20 h45

 
12345...31

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...