Histoire(s), de France texte et mise en scène d’Amine Adjina

Histoire(s) de France, texte et mise en scène d’Amine Adjina« `

Visuel 1 © Géraldine Aresteanu

© Géraldine Aresteanu

  La compagnie du Double a été créée en 2012 à Saint-Ay (Loiret) par Amine Adjina et Émilie Prévosteau. «Ce spectacle est né de l’envie d’interroger mon rapport à la France, dit l’auteur, et par là, les histoires qu’on nous raconte pour établir un socle commun.» Après le succès d’Arthur et Ibrahim, sur le thème d’une amitié impossible entre deux jeunes- l’un étant d’origine arabe- cet auteur écrit sa troisième pièce pour la jeunesse à l’aune de sa double appartenance : il est né en France de parents algériens. Il aborde ici de façon très ludique l’enseignement de l’Histoire de France au collège, vu par trois élèves à qui la professeure a demandé de mettre en scène certains épisodes… 

 Autre épisode : la Révolution française sème la révolte dans l’école, un moment où les trois compères dans l’esprit de 1789 vont exprimer les doléances des élèves pour changer la vie scolaire, de l’enseignement à la cantine. Ces revendications, lues par les acteurs ou diffusées en voix off, ont été collectées auprès de plusieurs classes par le compagnie. Le troisième et dernier tableau, pour la plus grande joie des jeunes spectateurs, évoque la coupe du monde de football de 1998, Zidane et la liesse populaire d’une France black blanc beur.

A travers des reconstitutions parodiques, l’auteur interroge les origines, le politique, la question de l’identité quand certains agitateurs d’opinion se servent actuellement de l’Histoire pour attiser les haines raciales et diviser les populations. Entre les séquences «historiques» en train de se construire, des relations plus intimes se tissent entre les trois enfants Amine Adjina a conçu une mise en scène simple, avec accessoires et costumes de fortune tombés sous la main et il décortique les signes et codes du jeu dramatique.

Ce théâtre d’agit-prop, qui se place du point de vue des jeunes, pourrait paraître un brin démagogue. Mais ici, on  prend les enfants au sérieux et on leur renvoie une parole exprimée avec leurs mots. Ils ne s’y trompent pas et se sentent concernés par cette pièce drôle qui ouvre aussi une réflexion sur les conflits et préjugés sociaux qui s’immiscent dans les écoles. Cette parodie de l’Histoire canonique donne une belle occasion d’éveiller l’esprit critique des nouvelles générations. Avis à l’Education Nationale…

 Mireille Davidovici

Jusqu’au 12 février, Théâtre 71, 3 place du 11 novembre, Malakoff (Hauts-de-Seine)

Du 16 au 18 février, Théâtre Jean Vilar, Montpellier (Hérault).
Du 7 au 10 mars, Tangram, Evreux  (Eure) ; les 22 et 23 mars, Agora Robert Desnos, Evry (Essonne).
Du 6 au 12 avril, Théâtre 13 Seine, Paris (Xlll ème).

 Histoire(s) de France est publié aux éditions Actes Sud, collection Heyoka jeunesse.

 


Archives pour la catégorie jeune public

Histoire(s), de France texte et mise en scène d’Amine Adjina

Histoire(s) de France, texte et mise en scène d’Amine Adjina« `

Visuel 1 © Géraldine Aresteanu

© Géraldine Aresteanu

  La compagnie du Double a été créée en 2012 à Saint-Ay (Loiret) par Amine Adjina et Émilie Prévosteau. «Ce spectacle est né de l’envie d’interroger mon rapport à la France, dit l’auteur, et par là, les histoires qu’on nous raconte pour établir un socle commun.» Après le succès d’Arthur et Ibrahim, sur le thème d’une amitié impossible entre deux jeunes- l’un étant d’origine arabe- cet auteur écrit sa troisième pièce pour la jeunesse à l’aune de sa double appartenance : il est né en France de parents algériens. Il aborde ici de façon très ludique l’enseignement de l’Histoire de France au collège, vu par trois élèves à qui la professeure a demandé de mettre en scène certains épisodes… 

 Autre épisode : la Révolution française sème la révolte dans l’école, un moment où les trois compères dans l’esprit de 1789 vont exprimer les doléances des élèves pour changer la vie scolaire, de l’enseignement à la cantine. Ces revendications, lues par les acteurs ou diffusées en voix off, ont été collectées auprès de plusieurs classes par le compagnie. Le troisième et dernier tableau, pour la plus grande joie des jeunes spectateurs, évoque la coupe du monde de football de 1998, Zidane et la liesse populaire d’une France black blanc beur.

A travers des reconstitutions parodiques, l’auteur interroge les origines, le politique, la question de l’identité quand certains agitateurs d’opinion se servent actuellement de l’Histoire pour attiser les haines raciales et diviser les populations. Entre les séquences «historiques» en train de se construire, des relations plus intimes se tissent entre les trois enfants Amine Adjina a conçu une mise en scène simple, avec accessoires et costumes de fortune tombés sous la main et il décortique les signes et codes du jeu dramatique.

Ce théâtre d’agit-prop, qui se place du point de vue des jeunes, pourrait paraître un brin démagogue. Mais ici, on  prend les enfants au sérieux et on leur renvoie une parole exprimée avec leurs mots. Ils ne s’y trompent pas et se sentent concernés par cette pièce drôle qui ouvre aussi une réflexion sur les conflits et préjugés sociaux qui s’immiscent dans les écoles. Cette parodie de l’Histoire canonique donne une belle occasion d’éveiller l’esprit critique des nouvelles générations. Avis à l’Education Nationale…

 Mireille Davidovici

Jusqu’au 12 février, Théâtre 71, 3 place du 11 novembre, Malakoff (Hauts-de-Seine)

Du 16 au 18 février, Théâtre Jean Vilar, Montpellier (Hérault).
Du 7 au 10 mars, Tangram, Evreux  (Eure) ; les 22 et 23 mars, Agora Robert Desnos, Evry (Essonne).
Du 6 au 12 avril, Théâtre 13 Seine, Paris (Xlll ème).

 Histoire(s) de France est publié aux éditions Actes Sud, collection Heyoka jeunesse.

 

123

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...