Stella Violanti de Grigorios Xénopoulos, mise en scène de Georges Lyras

Stella Violanti de Grigorios Xénopoulos, mise en scène de Georges Lyras
 

Stella Violanti de Grigorios Xénopoulos, mise en scène de Georges Lyras img_3378

Cet auteur dramaturge grec (1867-1951) fut, au début du vingtième siècle, l’un des plus importants et des plus joués, et ont été portés à l’écran certains de ses romans, nouvelles et pièces  calqués sur la réalité. Grigorios Xénopoulos a vécu une époque dominée par les Italiens qui avaient cultivé l’esprit de division entre noblesse et «popolari». Cette idéologie politique dans les îles ioniennes, participait d’une rupture avec le peuple qui se révoltait de temps à autre pour réclamer l’égalité.

Pourtant la société grecque a plutôt consolidé et relativement vite, le statut économique de ceux qui n’appartenaient pas à une noblesse décadente et oisive.  Parfois riches grâce au commerce et à leur travail, des gens du peuple  eurent alors un certain pouvoir. Et cela traverse de façon aiguë Stella Violanti, adaptation d’Amour crucifié, cette nouvelle où une jeune fille est torturée par un amour non vraiment partagé. Son amoureux, un noble désargenté au comportement léger trahira, à la fin, la chaste et pure Stella qui devra aussi supporter la sévérité de son père, un riche bourgeois. Il gouverne chez lui en despote absolu, se soucie uniquement de l’opinion publique et ne tolère pas le comportement-honteux selon lui-de sa fille. Il veut la marier à un vieux très riche. Elle refuse car elle aime Christakis. Son père enferme alors Stella dans une mansarde. Passionnée et obstinée, elle ne veut plus vivre, même s’il s’est adouci. Pour elle, rien n’a plus d’importance, une fois le malheur  arrivé.
Georges Lyras rend avec exactitude les motivations secrètes de chaque personnage. Eugénie Dimitropoulou (Stella Violanti) exprime toute la souffrance de cette héroïne qui vit dans la société de l’époque, celle où vécut Grigorios Xénopoulos et celle de milieux conformistes. Nektaria Yannoudaki interprète les deux facettes d’une mère soucieuse de l’avenir de sa fille. Dimitris Papanikolaou joue un père, psychologiquement solide et maître de tout ce qui respire dans la maison. Mais, pour le frère de Stella (Ilias Latsis) assez moqueur, l’ histoire d’amour de sa sœur avec Christakis, un noble appauvri est assez futile. Avgoustinos Koumoulos incarne avec justesse cet homme dépourvu de tout l’honneur habituel à sa classe sociale.

 L’excellente comédienne aux regard et grimaces expressifs, Pénélope Markopoulou, joue la tante et nourrice sentimentale qui se consacre entièrement à Stella… Et dans le rôle de la servante, Athina Sakali est, comme ses camarades, pleine de vitalité. Grâce aussi à la scénographie et aux costumes d’Apollon Papathéocharis, Georges Lyras crée une atmosphère d’un naturalisme provocant. La robe extravagante que porte Stella et une très grande table au centre du plateau,  participent d’un certain symbolisme…

Nektarios-Georgios Konstantinidis
 
Théâtre Dimitris Horn, 10 rue Amerikis, Athènes. T. : 0030 210 36 12 500

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...